BONE

Page créée et publiée le 18 octobre 2015.

" Bône, le Port... C'est de Marseille, de Toulon, d'Ajaccio et de Philippeville, à la cadence d'un par jour, que les bateaux arrivaient dans ce port, le plus abrité de la côte constantinoise.

Ils accostaient face au palais consulaire devant la trouée du cours Jerôme-Bertagna, accueillis par la statue imposante de Thiers et celle, plus modeste, d'un pêcheur accroupi.

Le port de Bône exportait notamment phosphates et minerai de fer en provenance du Kouif. C'est quai Warnier, à l'emplacement où fut érigé plus tard le monument aux Morts, que fut tiré par le Breslau, le 4 août 1914, le premier obus sur la ville.

Le 13 octobre 1942, le port de Bône servit de base opérationnelle au débarquement allié en Afrique du Nord. "

D'après Elisabeth Fechner ( Le pays d'où je viens, Calmann Levy - 1999 )
 
 
Bone le port 1
Bône - Le Port  
 
 
Bone le port 2
Bone - Le Port  
 
Bone le fort cigogne 1
Bone - Le Fort Cigogne   webmaster-new-23.gif
 
Bone plage de la grenouillere
Bone - Plage de la Grenouillière  webmaster-new-23.gif
 
 
Bone plage gassiot les cabanons
  Bône - Plage Gassiot - Les Cabanons 
 
 
Bone la plage toche terrasse de la grande bleue 1
Bone - La plage Toche - Terrasse de la Grande Bleue 
 
 
Bone la plage toche et la grande bleue
Bone - La plage Toche et la Grande Bleue 
 
 
Bone la plage saint cloud
Bone - La plage Saint-Cloud  
 
 
Bone la plage fabre
Bone - La plage Fabre 
 
Bone l hotel de villeBone - L'Hôtel de Ville   webmaster-new-23.gif
 
 
Bone le jardin de l hotel de ville 1
Bône - Le square de l'Hôtel de Ville  
 
 
Bone le kiosque cours bertagna
Bône - Le Kiosque - Cours Bertagna  
 
 
Bone le cours bertagna 1
Bône- le Cours Bertagna - Le Café Maxeville  
 
 
Bone cours bertagna hotel d orient
Bone - Cours Bertagna - L' Hôtel d'Orient  
 
 
Bone theatre municipal
Bone - Le Théâtre Municipal  
 
 
Bone la place d armes
Bône - La Place d' Armes  
 
 
Bone la nouvelle poste
Bône - La Nouvelle Poste  
 
 
Bone lez cours et le grand hotel
Bône - Le Cours et vue du Grand Hôtel  
 
 
Bone rue gambetta
Bône - rue Gambetta  
 
 
Bone la porte des caroubiers
Bone - La Porte des Caroubiers  
 
Bone magasin la maisoncohen
 
Bone - Magasin " La Maison Cohen "  webmaster-new-23.gif
 
Bone magasin au paradis des menages
Bone -  Le magasin " Paradis des Ménages "
 
 
Bone la ghriba devenue mosquee
Bône - Synagogue La Ghriba devenue mosquée en 1963
 

Une histoire des juifs de Bône en arabe, Beled el-'Anab :

    Par: Richard Gottheil, Isaac Broydé ( traduit de l’anglais par Jacques Karoubi)

Ville de la province de Constantine, en Algérie, appelée par les Romains «Hippo Regius», elle comptait de nombreux habitants juifs dès les premiers siècles de l'ère chrétienne, comme l'attestent plusieurs épitaphes trouvées dans les environs. Comme les juifs des autres communautés de « Mauritanie », ceux de Bône ont subi de nombreuses vicissitudes. Sous la domination de la Rome païenne, ils jouissaient d'une liberté totale, faisant même de nombreux prosélytes parmi les Kabyles, leurs voisins; mais au quatrième siècle, lorsque la ville fut investie par Augustin, ils commencèrent à subir des persécutions.

 En 431, Bône fut détruite par les Vandales et ne fut reconstruite qu'au VIIe siècle, par les Arabes.

Il n'y a pas de documents concernant la date d'installation des Juifs à Bône après sa reconstruction; mais on peut supposer que la ville, qui, selon Ibn Ḥaukal, était très prospère au dixième siècle, en attira beaucoup. La seconde moitié du XIIe siècle fut un désastre pour toutes les communautés juives du Maghreb, en particulier celle de Bône. Le traitement équitable des Juifs pendant les dynasties des Aghlabites et des Almoravides fut suivi par  de terribles persécutions des fanatiques Almohades; et beaucoup d'entre eux ont été contraints soit d'immigrer à l'Est, soit d'embrasser l'islamisme.

 En 1152, Roger de Sicile emmena captifs tous les habitants de Bône.

 Au XVe siècle, à la suite de l'exil des Juifs d'Espagne, la communauté juive de Bône s'agrandit considérablement; mais au début du seizième siècle, la ville tomba aux mains des Espagnols qui les firent énormément souffrir. En 1541, cependant, la défaite de Charles Quint devant Alger libéra la communauté de Bône. Pendant la domination turque qui a suivi, elle a joui d'une relative liberté religieuse….(encadrée néanmoins par le statut de dhimmi NDLR)

Comme toutes les communautés d’Algérie, Bône était administrée par un «muḳaddam», assisté d'un conseil («Ṭobe ha-'Ir»).Après la conquête française de l'Algérie, le système des consistoires a été introduit.  Bône appartint à celui de Constantine, ayant à sa tête un rabbin et un président. La communauté juive de la ville comprenait 1 000 âmes. Elle possédait une ancienne synagogue appelée "Al-Gharibah" (La Merveilleuse), très vénérée même par les arabes, à cause d'un rouleau de la Torah qui y aurait été miraculeusement conservé.

Commentaires

  • Jacqueline1. Jacqueline | Mer 05 Mars 2014

Merci pour toutes ces images.
Je me suis construite en France mais mon coeur est toujours vers
ma petite enfance et mon adolescence qui était merveilleuse et mon coeur est toujours là bas;
Malgré la guerre j étais très heureuse.
Je ne désire pas retourner car je veux garder dans ma mémoire ma maison, notre plage st cloud à Bone, ma maison rue Bouscarein.
Et pour moi c'est toujours Bone et je pourrai jamais prononcer un autre nom.


 
 
 

Commentaires (10)

Fitoussi
  • 1. Fitoussi | 02/03/2021
Photos magnifiques.
Je suis en recherche de mes origines. Mes ancêtres du côté de mon père sont originaires
De Bône sur plusieurs générations. Des gens pourraient-ils me fournir des
Infos sur ma famille. Je m’appelle Fitoussi. Un autre nom : tobianah. Merci
ROSSO
  • 2. ROSSO | 02/02/2021
Photo de la Poste : il s'agit de l'ancienne Poste.
Bravo pour la qualité des photos dont je m'inspire souvent.
Très cordialement
Andre Petitzon
  • 3. Andre Petitzon | 13/03/2017
Bonjour etes vous de BONE ou avez vous vecu a La Meskiana merci de votre reponse sur mon Mails
Amel
  • 4. Amel | 04/01/2017
Bonjour à vous tous,
Je suis native de Bône, (comme je l'aime encore nommer), de mère Angevine chrétienne, de père Bônois musulman, et de grand mère Italo-constantinoise juive.
Tous ont vécus à Bône (et moi aussi) Et nous sommes tous d"accord sur une chose malgré les trois générations et les différentes religions...
Vu les changements irrespectueux apportés par les nouvelles générations, ils vaut mieux garder les bons souvenirs d'une ex merveilleuse ville: Bône la coquette!
STELLA Jean-Claude
  • 5. STELLA Jean-Claude | 06/10/2016
Merci pour toutes ces cartes postales qui rappellent notre belle ville Bône la coquette aujourd'hui disparue. À sa place on ne trouve qu'Annaba la pouilleuse qui ne nous fait plus envie.
Une petite précision, c'est La Caroube qu'il faut appeler l'ancienne Anse des Corailleurs et non pas la plage Fabre.
BOU
  • 6. BOU | 09/07/2016
Si quelqu'un avait une carte de la Place Frédéric MISTRAL où se trouvait la Sous-Préfecture a mettre en ligne, çà me ferait très plaisir car j'habitais juste en face.
Et celle aussi de la Place du Marché au Blé où se trouvait l'école élémentaire de filles que j'ai fréquentée jusqu'en juillet 1961 en clase de CM2.

C'est terrible d'avoir perdu ses racines ...
Je n'ai pus aucun contact avec mes anciennes amies car lorsque nous avons quitté l'Algérie en août 61 alors que j'avais 11 ans, mes parents ne m'ont pas dit que c'était pour toujours.

Ce n'est que lorsque nous sommes arrivés à Marseille qu'ils me l'ont dit. Quelques jours plus tard même lorsqu'ils m'ont annoncé que j'allais être inscrite au lycée en classe de 6ème à Marseille pour la prochaine rentrée Scolaire.
Ce fut un très gros choc !

Je vais avoir 66 ans et mon cœur est resté là-bas ....
J.Sibi
  • 7. J.Sibi | 11/05/2016
Bonsoir
Mon père , mon grand père et une partie de mes aïeux sont de Bone. Je suis fier d'avoir mes racines la bas car j'ai écouté et j'écoute les longs récits de mon papa sur cette ville qui l'a vue naitre et où sont ancrées nos racines....juives et algériennes. Malheureusement nous contrairement aux juifs tunisiens ou marocains nous ne pouvons pas nous y rendre...pas encore en tout cas (ce n'est pas un problème de passeport mais de "contexte" vous l'aurez bien compris). Merci pour toutes ces photos....continuez!!!
RAMUNCHO
  • 8. RAMUNCHO | 03/01/2016
L'été, nous prenions une chambre a l'hotel Voltaire, dans une rue perpendiculaire au cours Bertagna.Notre plage préférée était la plage St Cloud
limma
  • 9. limma | 28/11/2015
bonsoir j’espère que vous allez bien d'abord je me présente je suis une algérienne native de annaba ancienne bone je suis une étudiante en architecture actuellement j'étudie sur la cité bona si vous avez des photos anciennes sur cette cité aussi j'aimerais savoir plus d'information sur le four arabe qu'il y avait labas merci j'attends vos réponses
Kouider
  • 10. Kouider | 03/11/2015
C est votre choix Madame, Mais nous on est pour rien dans cette affaire. Ca restera un passé dans l histoire des deux pays pas plus.
Un algérien du bled.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 13/12/2020