PESSAH

Bonnes fetes de pessah

Pessa'h Cacher Vessaméah

En 2020, Pessa’h sera célébrée du 8 au 16 avril

Le premier Séder aura lieu mercredi 8 avril après la tombée de la nuit, et le second Séder aura lieu jeudi 9 avril après la tombée de la nuit

C’est peut-être la fête juive la mieux connue. Pessah a lieu au début du printemps

A la maison comme à la synagogue, prières et rituels célèbrent la fertilité de la terre dans l’attente d’une nouvelle récolte. ils célèbrent également l’éxode biblique de l’esclavage égyptien. Cet évenement fut le facteur qui détermina la création du peuple juif il y a environ 3,500 ans. Des restrictions semblables à celles du Chabbat s’appliquent pour les deux premiers et les deux derniers jours de cette fête, qui dure huit jours : une restriction sur toute nourriture contenant du levain s’applique à toute la période de la fête.

.Galette de Paques

La fête commence par un festin élaboré, le Seder, composé d’aliments qui revêtent une importance symbolique spéciale et au cours duquel la famille revit l’éxpérience de la rédemption et ou elle se concentre sur ce qu’implique le fait d’appartenir au peuple juif. Plus largement, c’est le moment de considérer le sort de tous les gens qui sont victimes de toute forme d’esclavage. On constate qu’en conjugant les efforts de l’être humain et l’assistance divine, toute l’humanité peut prétendre aux joies et aux responsabilités de la liberté.

Plateau en cuivre du seder

Pessah commémore la sortie du peuple hébreu d'Égypte et l'avènement du peuple juif après le don de la Torah à Moïse sur le mont Sinaï.
En hébreu, Pessa'h signifie passer par-dessus

Ce nom vient rappeler qu'au cours des Dix Plaies infligées aux Égyptiens, Dieu tua tous les premiers-nés égyptiens mais il passa au-dessus des maisons juives et les préserva.

Le sens de Pessa'h : le temps de notre Libération, zémane hérouténou.
Nous sommes libérés par Hachém, car nous n'étions pas capables de sortir de l'état d'assimilation qui tenait notre identité dans son carcan.

La Bonté ('héssède). La fête de Pessa'h n'est pas seulement une ascèse individuelle mais une cure collective. Comme nous avons bénéficié gratuitement de la bonté de Hachém, ainsi nous avons l'obligation de manifester notre bonté par des dons à ceux qui sont dans le besoin, par la tsédaqa.

Interdiction de consommer du 'Hametz Pessa'h se caractérise par l'interdiction de consommation de nourriture levée appelée « 'Hametz » (pains, pâtes, certains gâteaux...). Durant les 8 jours de fête, seule la consommation de pain azyme appelé « Matza » (galette préparée à base de farine et d'eau) est autorisée.

Le Seder - l'ordre. Les commandements ont été combinés dans un repas spécial de Pessa'h appelé Seder, célébré les deux premiers soirs de la fête (ou seulement le premier soir en Israël). En dehors d'Israël, les deux soirs possèdent la même importance. Le Seder consiste en une succession d'étapes mêlant bénédictions, alimentation, récits et chants.

La procédure est présentée dans un livre appelé Haggadah. Bien que le texte soit en hébreu (avec une pincée d’araméen), il est parfaitement acceptable d’en lire la traduction si vous ne comprenez pas l’hébreu.

Haggada de gerard kalfa4a50

Le plateau du Seder

Pessah plateau

Il est  composé d’aliments qui revêtent une importance symbolique spéciale .La famille y revit l’expérience de la rédemption et ou elle se concentre sur ce qu’implique le fait d’appartenir au peuple juif. Plus largement, c’est le moment de considérer le sort de tous les gens qui sont victimes de toute forme d’esclavage. On constate qu’en conjugant les efforts de l’être humain et l’assistance divine, toute l’humanité peut prétendre aux joies et aux responsabilités de la liberté.

Symboles du Seder :

l'agneau (comme le sacrifice demandé aux Israélites 4 jours avant leur libération, selon le texte de l'Exode 12:3). Bien que les sacrifices ne puissent plus être réalisés depuis la destruction du second Temple de Jérusalem, un os grillé d'agneau est présent sur la table du Seder ;

les herbes amères, mangées à des moments spécifiques de la soirée, rappellent l'âpreté de l'esclavage en Égypte ;

la matza, symbole de la hâte avec laquelle les Hébreux ont recouvré leur liberté, grace aux miracles réalisés par Dieu.

Les matzot sont au nombre de 3 sur le plateau du Seder ;

Les quatre coupes de vin (ou de jus de raisin) bues à des moments spécifiques de la soirée, par tous les convives qui les boivent en étant accoudés sur le côté gauche, « comme des hommes libres » ;

le souhait "l'an prochain à Jérusalem" est prononcé dans tous les foyers.

Source : http://www.terredisrael.com/Pessah.php

 

Pessah est rempli de symboles évoquant tour à tour l’esclavage et la liberté.

par Rav Shraga Simmons    https://www.aish.fr/h/pessah/?s=nb

Pâques (Pessah en Hébreu) est connu comme étant la “Fête de la Liberté”, commémorant la sortie des Juifs d’Egypte après 210 ans d’esclavage. Pessah est considéré comme « la naissance » du Peuple juif et ses enseignements sur notre lutte et notre identité continuent de former les bases de notre conscience juive 3300 ans après cet événement.

La fête de Pessah dure 8 jours (7 jours en Israël). Son nom provient de la dernière plaie d’Egypte, la mort des premiers-nés lors de laquelle Dieu « passa au dessus » des maisons juives.

SOIR DU SEDER – Pessah commence par la célébration d’un Seder détaillé durant les deux premiers soirs (uniquement le 1er soir en Israël). Le but du Seder est de faire revivre à chaque Juif l’expérience de « quitter l’esclavage pour la liberté ». Nous racontons l’histoire de la sortie d’Egypte et celle des 10 plaies, telle qu’elle est écrite dans la Haggadah. Nous mangeons des aliments symboles de l’esclavage et d’autres symboles de la liberté. Le repas de fêtes est établi à l’aide de recettes délicieuses et tous l’attendent impatiemment d’année en année (il suffit de penser aux boulettes de farine de Matza ). Nous récitons la prière du Hallel et concluons le Seder en proclamant « L’an prochain à Jérusalem ! »

Le Seder unit d’un lien spécial toute la famille. Il est d’ailleurs accordé ce soir-là aux enfants une attention particulière. Ils participent activement au déroulement de la soirée. Ils chantonnent les Quatre Questions (Ma Nishtana) et Dayenou, lisent la partie consacrée aux Quatre Fils, tentent de dérober l’Afikoman et ouvrent la porte pour accueillir le prophète Eliyahou.

MATZA – Manger la Matza le soir du Seder est une grande Mitzvah. Elle en est le symbole essentiel. Chacun devrait essayer de manger 2/3 de Matza carrée ou ½ Matza ronde, en 4 minutes, accoudé sur le coté gauche. La raison principale pour manger de la Matza est de nous rappeler qu’au matin de la libération, nous étions dans une telle hâte de quitter l’Egypte que nous sommes partis sans que notre pain n’ait eu le temps de lever. A la fin du repas, un « dessert » spécial est servi, un autre morceau de Matza appelée Afikoman.

QUATRE VERRES – Durant le Seder, nous buvons quatre verres de vin – correspondant aux quatre expressions utilisées pour décrire notre liberté dans la Torah (Exode 6:6-7). Chacun devrait avoir son propre verre, contenant au minimum 86 ml. Il faut essayer de vider entièrement son verre à chaque fois ou du moins en boire un maximum en 4 minutes. Pour exprimer notre sentiment de liberté, nous nous adossons en arrière, accoudés sur le coté gauche, pour boire nos Quatre Verres.

KARPAS – Nous mangeons le KARPAS au début du Seder, un légume (céleri, persil ou pomme de terre) trempé dans de l’eau salée pour commémorer nos larmes durant le travail forcé.

MAROR – Nous mangeons ensuite le MAROR, les Herbes Amères. Selon leur coutume, certains utilisent le Raifort ou de la salade Romaine. (A noter que le Raifort en bocal ne devrait pas être utilisé car il est très souvent mélangé aux betteraves). Le Maror est trempé dans la CHAROSET, mélange de noix, dattes, pommes et vin, symbole de brique et de mortier.

CHAZERET – Nous mangeons aussi le Maror en le plaçant entre deux Matzot selon l’enseignement de Hillel.

ZERO’AH – Dans le plateau du Seder, un morceau de mouton ou une aile ou cou de poulet selon les coutumes, rappelle le sacrifice d’un agneau que D.ieu nous avaient ordonnés de consommer la veille de notre départ. Le mot Zero’ah en hébreu signifie « bras », symbolisant le bras puissant de D.ieu qui nous fit sortir d’Egypte.

BEITZAH – Egalement présent dans le plateau du Seder, un œuf dur qui représente les sacrifices du Temple effectués lors de Pessah, Shavout et Soukkot.

LISTE POUR LE SEDER – Le Seder signifie « ordre » du fait de l’abondance de détails à se rappeler. Il doit comprendre:

  • Un plateau de Seder dans lequel se trouvent:
    • Céleri, persil ou pomme de terre (Karpas)
    • Laitue (Maror)
    • Raifort (Chazeret)
    • Charoset
    • Une aile de poulet ou du mouton rôti (Zero'ah)
    • Un oeuf dur (Beitzah)
    • 3 Matzot
  • Un tissu recouvrant les 3 Matzot (prévoir une Matza supplémentaire)
  • Vin et Jus de raisin
  • Haggadot
  • Coupe d’Eliyahou
  • Eau salée
  • Verres de Kiddoush
  • Coussins sur lesquels s’accouder
  • Récompenses pour les enfants pour avoir trouvé l’Afikoman

INTERDIT DE HAMETZ – Durant la semaine de Pessah, les Juifs ne doivent ni manger ni avoir en leur possession du Hametz (levain). On doit donc pour cette raison, se débarrasser (ou vendre) tout pain, gâteaux, pâtes, bière etc…et n’acheter que des produits « Cacher L’Pessah ». Les Juifs Ashkénazes ne doivent pas manger tout ce qui est Kitnyot comme les haricots etc. Pour éviter tout problème de résidus de Hametz, nous devons utiliser des plats et ustensiles spéciaux pendant Pessah. Aussi et pour être prêts à temps, certains commencent le nettoyage de Pessah plusieurs semaines avant la fête.

RECHERCHER ET BRULER LE HAMETZ – La veille de Pessah, nous effectuons la recherche du Hametz dans nos maisons. Celle-ci se fait à la lueur d’une bougie dans une atmosphère qui captive les enfants et est attendue chaque année par toute la famille. Le Hametz est brûlé le lendemain matin lors d’une cérémonie appelée Sray'fat Hametz ou doit être « vendu » à un non-juif pour toute la durée de la semaine de Pessah. Cette vente est une affaire sérieuse et doit être entérinée par un contrat. Elle ne devrait se faire qu’avec un rabbin qualifié. La nourriture ayant fait l’objet de cette vente doit être enfermée dans un placard et celui-ci scellé jusqu'à la fin de la fête.

Coutumes et traditions de Pessah en Algérie :
Pessah à Alger , souvenirs, souvenirs par Caroline Elishéva Rebbouh
 
[LIRE]

Les  préparatifs de Pessah par Caroline Elishéva Rebbouh [LIRE]

Pessah et la mimouna à Tlemcen avant 1962 par Patrick Bénichou [LIRE]

Pessah hier, Pessah demain par Albert Bensoussan [LIRE]

 

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 05/04/2020