Infos

Judaicalgeria news

 

Infos !

Nous annonçons ici des évenements concernants les Juifs d'Algérie et qui peuvent interesser nos visiteurs: publications de livres et d'articles de presse, sorties de C.D. et D.V.D., emissions de télévision, expositions, concerts, conférences, colloques, projections de films.....

Si vous avez connaissance de tels évenements, vous pouvez nous les signaler en utilisant le formulaire de contact.

Exposition

Logo maison de la cultiure juive

 Juifs réfugiés en Corse pendant la 1ère guerre Mondiale

Juifs refugies en corse

L'exposition se déroulera à la Maison de la Culture Juive du 15 au 22 Octobre 2017

20 rue André Pontier, 94130 Nogent-sur-Marne

- Le 15 Octobre à 18h30 : Inauguration de l'exposition et visite guidée.
- 20h : Témoignage : L'aventure des Juifs de Corse du Maroc à l'Ile de Beauté en passant par la Palestine: une histoire familiale par Guy et Benny SABBAGH


Le 14 décembre 1915, en pleine Première Guerre mondiale, 739 réfugiés «israélites» dont presque 300 enfants, débarquent d'un bateau de transport militaire français dans le port d'Ajaccio en Corse. Ils vont vivre 57 mois dans l'Ile de Beauté avant de pouvoir retourner chez eux. On les dit syriens ou palestiniens. Ce sont des Juifs, expulsés par le gouvernement ottoman de leurs villes de naissance parce qu'ils sont «protégés français». La plupart vient de Tibériade, les autres de Safed, Jaffa et même d'Alep. Dans un dénuement total, ils ont été exfiltrés de la Terre Sainte par des navires de guerre de la marine américaine des ports de Jaffa et de Beyrouth. Débarqués en Crète, à la Canée, la Marine Française les a récupérés pour les conduire en Corse .
Pourquoi des juifs natifs de la terre Sainte ont-ils du fuir leur pays lors de la première guerre mondiale?
Que se passe-t-il en Galilée (Tibériade et Safed) au début de la grande guerre?
Que signifie «protégés français» ?
Qui sont ces Juifs et pourquoi n'ont-ils plus rien?
Pourquoi ont-ils été pris en charge par des bateaux américains?
Pourquoi sont-ils venus en Corse? Comment y ont-ils été accueillis?
Dans quelles conditions ont-ils vécu ces 5 années en Corse?
Pourquoi n'ont-ils pas pu quitter la Corse dès la fin de la Première Guerre mondiale en 1918 ? Pourquoi parle-t-on de réfugiés syriens?
Cette exposition tente de répondre à ces questions et vous présente la vie quotidienne de ces juifs refugiés accueillis par les Corses sur leur île.
Une jolie page d'histoire que l'on aimerait voir se répéter ?

Une Création du Centre Edmond Fleg de Marseille
Entrée libre

**********

Colloques :

COLLOQUE INTERNATIONAL

Centenaire de la naissance d'André Chouraqui
Jeudi 26 octobre 2017
14 rue Ibn Gabirol, Jérusalem
Yad Ben-Zvi

***

* Inscription préalable obligatoire
* Contacter: 054-4636716
* lesamis@andrechouraqui.com

Centenaire de la naissance d andre chouraqui

 

 

Logo cdha

Cinquante cinq ans après l’exil de leur parents d’Algérie, que font leurs enfants de leur héritage

18 novembre 2017     l'Institut d'Etudes Politiques d'Aix-en-Provence (25, rue Gaston de Saporta).

Colloque cdha 18 novembre 2017

Près de trois millions de français ayant vécu en Algérie avant 1962 et leurs descendants vivent actuellement en France. Parmi eux, deux générations nées après 1962, soit plus de deux millions de personnes. Ce nombre important constitue un terreau fertile mais qu’en est-il exactement ?
Comment ces générations vivent-elles cette transmission et ce qu’elles en font ? Ont-elles conscience de leurs racines ? Souhaitent-elles mettre leurs pas dans ceux de leurs parents ? Se reconnaissent-elles de culture pied-noire ? Si c’est le cas, sur quoi se fondent cette culture et ce patrimoine ?
L’objet du colloque organisé par le CDHA – le premier exclusivement consacré aux générations nées après 1962 –  est de répondre à ces questions afin de comprendre comment ces générations vivent leur héritage et ce qu’elles en font dans leur sphère familiale et sociale.

Ce colloque se tiendra le 18 novembre 2017, à l'Institut d'Etudes Politiques d'Aix-en-Provence (25, rue Gaston de Saporta).

La participation est gratuite mais l'inscription est obligatoire (dans la limite des places disponibles) : cliquez-ici pour vous inscrire

Comité d’organisation

Joseph Perez : Président

Bernard Vigna : Secrétaire général

Marine Durand : Secrétariat

colloque.18novembre@cdha.fr

Comité Scientifique

Georges-Marc Benamou, journaliste, documentariste, essayiste.

Chantal Delsol, philosophe, professeure, Université de Marne-la-Vallée.

Florence Descamps, historienne, maître de conférences, École Pratique des Hautes Études, Paris.

Anne Dulphy, historienne, professeure, École Polytechnique-LinX, Paris.

Joëlle Hureau, historienne, agrégée de l’Université.

Gabriel Martinez-Gros, historien, professeur, Université de Paris X.

Hubert Ripoll, psychologue, professeur émérite, Université d’Aix-Marseille.

 

PROGRAMME DU COLLOQUE

Cliquez sur Ce lien pour l'obtenir en pdf  http://cdha.fr/sites/default/files/kcfinder/files/Colloque-18-novembre.pdf

 

9h15-9h30
Accueil

9h30-9h45
Allocution d’ouverture - Joseph Perez, Président du CDHA

Première Partie :    
Que font les générations nées après l’exil de leurs parents, de leur héritage ?

- Modérateur, Thierry Debaille

9h45– 10h30
Qu’en est-il de la transmission de la culture, de l’identité et de la mémoire pied-noire aujourd’hui ? – compte-rendu de l’enquête « 55 ans après...? » Pr. Hubert Ripoll, Professeur émérite, Université d’Aix-Marseille

10h30 – 11h15
Mémoire, image, histoire : des notions voisines à tempérer
- Dr. Joëlle Hureau, Agrégée de l’université

11h15 – 12h
Diaspora arménienne : le génocide de 1915 et la mémoire de la disparition
- Dr. Martine Hovanessian, Directrice de recherche au CNRS

12h – 13h
Table ronde :
Comment les personnes nées après 1962 vivent et transmettent leur héritage ?
Témoins :
- Yves Duplan
- Anne-Marie Perez
- Bruno Brémond

13h – 14h
Pause déjeuner & Dédicaces d’auteurs

Deuxième partie :
Comment les générations nées après 1962 prolongent-elles leur héritage ?

14h – 15h
Table ronde :
Prolonger l’héritage par la production de connaissances
- Modérateur, Georges-Marc Benamou, journaliste, essayiste, réalisateur de cinéma
Témoins :
- Bertrand Allamel, essayiste, auteur de Notre enfance en Algérie – des années 1940 aux années 1960, Éditions Wartberg, 2017
- Christophe Certain, spécialiste culinaire, essayiste, auteur de Ma cuisine Méditerranéenne, Éditions Atramenta, 2012
- Gilles Perez, documentariste, réalisateur de Les pieds-noirs, histoire d’une blessure, DVD,
13 Productions, 2007

15h – 16h
Table ronde :
Prolonger l’héritage par l’écriture - Modérateur, Hubert Ripoll
Témoins :
- Sophie Colliex, romancière, auteure de L’enfant de Mers el-Kébir, Prix de la première œuvre francophone de l’association des écrivains de langue française, Ed. Encre Fraiche, 2015.
- Marie-Jeanne Marti, romancière, essayiste, auteure de J’entends encore la mer, Prix Jean Pomier 2006, Ed. Pharos, 2006
- Catherine Ruiz, auteure de Le Fils du soleil, 2017, directrice de la Compagnie des Nuages dans la Tête

16h – 16h45
Synthèse : Histoire, mémoire, transmission : quelques pistes de réflexion et de comparaison - Pr. Anne Dulphy, École Polytechnique-LinX
Débat - Modérateur, Thierry Debaille

16h45– 17h
Allocutions de clôture - Joseph Perez et Hubert Ripoll

 

Conférences :

Logo institut elie wiselJuifs et musulmans a travers l histoire

 

Juifs et Musulmans à travers l’histoire

 par

Joëlle Allouche Benayoun

Ce cours se propose d’analyser les relations entre la minorité juive et la majorité musulmane à partir de l’exemple de l’Algérie, avant et après la conquête française (1830).

 On a souvent décrit le sort des Juifs à l’époque précoloniale selon la manière orientaliste : l’Algérie aurait été un territoire de l’harmonie, mêlant, dans le partage des habitudes, le Juif et le Musulman, terre d’« entente millénaire » entre les deux composantes religieuses de la société algérienne.. La réalité est-elle celle-là ? On relève bien sûr que les Juifs et les Musulmans s’inscrivent dans le même tissu civilisationnel, mais les témoignages abondent qui montrent bien que les Juifs sont collectivement - sans préjudice certes des relations entre individus - tenus dans un mépris général qui peut parfois, comme il est arrivé avec le massacre d’Alger en 1805, alimenter des faits d’extrême violence. Saisi à l’époque par le spectacle de leur malheur, William Shaler, consul des Etats-Unis en Algérie, a ce mot : Les juifs d’Alger sont les restes les plus malheureux d’Israël.

C’est au statut de la dhimma qu’il faut rattacher la situation d’exclusion dans laquelle se tient, avant l’arrivée des Français, cette petite minorité de quelque 13 000 âmes. La dhimma fixe les Juifs, selon la distinction de Max Weber, dans la double position d’un peuple hôte et d’un peuple paria.


 Certes, il est des Juifs qui approchent le pouvoir, et vivent, tels les granas venus de Livourne aux XVIIe-XVIIIe siècles, dans l’opulence, le multilinguisme, et la culture des Lumières, que leur a permis d’acquérir leur position dans le commerce méditerranéen. Ce n’est là cependant qu’une minorité, que sa proximité avec le Dey place aussi dans une certaine insécurité. L’Algérie ottomane fonctionne pour les Juifs, selon une double modalité d’assujettissement : elle les soumet à la loi rabbinique dans leurs affaires intérieures, à la loi musulmane dans leurs relations extérieures. C’est ce schéma que la présence française va venir briser.

 

Ce cycle de 4 séances de 2h fait partie du programme de notre antenne du Val-de-Marne et aura lieu à la Maison de la Culture Juive de Nogent

20 rue André Pontier à Nogent

Ligne A du RER

Jeudi, 25 Janvier, 2018 - 19:30

Jeudi, 1 Février, 2018 - 19:30

Jeudi, 8 Février, 2018 - 19:30

Jeudi, 15 Février, 2018 - 19:30

pour s'inscrire : http://www.instituteliewiesel.com/content/juifs-et-musulmans-%C3%A0-travers-l%E2%80%99histoire-0

 Bibliographie

ABITBOL, Michel. Le Passé d’une discorde. Juifs et Arabes depuis le VIIe siècle. Paris : Perrin 1999.

ALLOUCHE BENAYOUN, Joëlle et Dermenjian, Geneviève Les Juifs d’Algérie. Une histoire de ruptures Presses Universitaires de Provence, Aix en Provence, 2015.

AYOUN, Richard, COHEN, Bernard. Les Juifs d'Algérie, 2000 ans d'histoire. Paris : JC Lattès, 1982.

FENTON, Paul B.et LITTMAN, David B. L’Exil au Maghreb. Paris : PUF, 2010.

*****

 

 

 

Hommage a raphael drai

« Justice et tyrannie »

A partir d’une réflexion de Raphaël Draï sur la signification de la liberté et de la culture dans la société des auteurs des différentes disciplines et sensibilités, se retrouveront pour un colloque consacré à la mémoire du regretté Raphaël Draï.

Cet hommage prend pour point de départ, l’ouvrage « Figure de la cruauté ».
Il s’agit de réfléchir ensemble à la problématique de la civilisation et de la barbarie à la double lumière de la pensée juive et la pensée universelle.

Pour s'inscrire : http://www.centrecomparis.com/index.php?option=com_events&task=view_detail&agid=697&year=2017&month=11&day=21&Itemid=9

 

 

 

.

Vient de paraitre en librairie,nos livres "coup de coeur":

Le Premier homme

BD de Jacques Ferrandez d'après l'oeuvre d'Albert Camus Gallimard BD ed. 21 septembre 2017

Le premier homme

Le 4 janvier 1960, Albert Camus se tuait dans un accident de voiture près de Sens. Dans sa pochette, se trouvait le manuscrit d’un livre : le récit inachevé d’un retour de l’écrivain en Algérie.

Le premier homme fut finalement publié en 1994 par la fille de Camus. Il y racontait de façon romancée son retour en Algérie, sur les traces de sa jeunesse. Une enfance marquée par la disparition précoce de son père. Élevé entre sa mère déprimée et sa grand-mère autoritaire, Albert Camus a été marqué par un instituteur à l’ancienne qui, très tôt, l'a repéré. A ses heures perdues, il fréquentait les enfants de son quartier sans distinction dans le quartier Belcourt à Alger. Le Premier homme, décrit ainsi le quotidien d'un jeune Algérois de milieu modeste, nommé Jacques Cormery, loin de l’image de riches propriétaires terriens qu’on a parfois collé aux pieds-noirs à leur arrivée en métropole en 1962

Lire la suite de l'analyse d'Anne Douhaire [LIRE]

******

Français d'Algérie et Algériens avant 1962 - Témoignages Croisés Hemisphères ed. 2 septembre 2017

de Roger Vétillard

Prenant appui sur les témoignages de pieds-noirs, métropolitains, militaires ayant vécu en Algérie pendant la période française, Roger Vétillard a rencontré en France et en Algérie les derniers témoins de l'avant 1962 et réuni une vaste documentation pour éclairer une réalité historique trop souvent tue : par-delà le déchirement, les crises et la propagande, les deux communautés n ont pas rompu leurs liens, des liens qui ont souvent la couleur de l'amitié.

Francais d algerie et algeriens avant 1962

[LIRE LA SUITE]

******

L’Algérie et la France. Deux siècles d’histoire croisée

Par Gilbert Meynier

Editions L’Harmattan septembre 2017 108  pages
Bibliothèque de l'iReMMO

L algerie et la france deux siecles d histoire croisee 1ere

Après un rappel de la tradition historiographique coloniale française, cet ouvrage, qui traite du système colonial entre politique et primat des armes, renvoie le lecteur au temps long d'une histoire, peu ou prou partagée entre le nord et le sud de la mer Méditerranée - en arabe, la mer moyenne ; ce qui explique in fine la conquête militaire de l'Algérie à partir de 1830, puis la mise en place dudit système. Ce livre tente de synthétiser les formes et le fond des répliques à la colonisation, qui aboutissent à la guerre d'indépendance de 1954-1962, sans pour autant effacer l'entrelacement - traumatique certes, mais bien tangible - entre Algériens et Français.


En savoir plus sur : https://www.judaicalgeria.com/pages/l-algerie-et-la-france-deux-siecles-d-histoire-croisee.html

 

*******

Un loup pour l’homme de Brigitte Giraud éditions Flammarion, août 2017, 256 p.

Un loup pour l homme

Sur la carte d’identité de Brigitte Giraud figure la mention “Née en Algérie”. Mais, ce pays, elle l’a quitté alors qu’elle n’avait que quelques mois. Elle n’en a gardé aucun souvenir. C’est par un long dialogue avec son père et une abondante documentation qu’elle a reconstitué dans son dernier livre la vie dans cette Algérie que l’on disait alors “française”. Si l’aspect documentaire est donc présent dans Un loup pour l’homme, c’est aussi un véritable roman, porté par une histoire passionnante. Celle d’un homme d’une vingtaine d’années qui se retrouve obligé de faire son service dans un pays qu’il connaît à peine et pour une mission de “maintien de l’ordre” dont il va bien vite découvrir qu’elle cache une véritable guerre intérieure, avec sa violence, ses tortures, ses attentats, ses massacres. Entre le FLN, l’armée française, les fellaghas et une population qui ne sait plus à quel saint se vouer, l’écrivaine ne prend pas parti. Elle se glisse dans la peau de son héros, Antoine, inspiré par son propre père. Un homme dont le courage consiste à refuser la violence et à garder son humanité dans ce climat de plus en plus menaçant, malsain. Un homme qui a cette chance de voir sa femme débarquer sur le sol algérien, s’y installer quelques mois pour mettre au monde leur fille. Même s’il consacre de longues heures à tenter de soigner et de réconforter des soldats qui ont vu l’horreur, y ont participé. L’amitié qui le lie à l’un de ces blessés, amputé d’une jambe et devenu complètement mutique, est poignante. Comme l’est d’ailleurs tout ce roman, écrit à hauteur d’homme, qui s’attaque à un pan encore trop mal connu de l’histoire française.

 


Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 19/10/2017