Infos

Judaicalgeria news

 

Infos !

Nous annonçons ici des évenements concernants les Juifs d'Algérie et qui peuvent interesser nos visiteurs: publications de livres et d'articles de presse, sorties de C.D. et D.V.D., emissions de télévision, expositions, concerts, conférences, colloques, projections de films.....

Si vous avez connaissance de tels évenements, vous pouvez nous les signaler en utilisant le formulaire de contact.

**********

Concert :

Jonathan Benichou : Récital de piano  à la Syanagogue Copernic le 3 mai à 20h00

Jonathan benichou

L'un des plus grands parmi les pianistes de la jeune génération, Jonathan Bénichou interprètera deux chefs-d’œuvre absolus de la musique pour piano, les célébrissimes Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach et une œuvre moins connue mais non moins capitale, l’une des sonates pour piano d'Olivier Greif (1950-2000)

Jean-Sébastien Bach : Variations Goldberg

Olivier Greif : Sonate Le rêve du monde

Tarif : 25€ - Membres ULIF, CJL, KG, MJLF, IEMJ, Carte Aleph, étudiants, moins de 15 ans : 20€

Réservations : 01 47 04 37 27 ou en ligne : https://copernic.paris/fr/reservation/?event=21

*******

Exposition :

Splendeurs d algerie avril 2018 courbevoie

 

*****

 

Vient de paraitre en librairie,nos livres "coup de coeur":

Une fille d’Alger par Jean-Michel Devésa

Bordeaux, Mollat, mars 2018, 143 p., 20 €

…Alger et ses environs dans les derniers mois de l’Algérie française (du 8 février 1960 au 2 juillet 1962), un narrateur qui emprunte sans détour des éléments biographiques de l’écrivain et le choix voulu de quelques événements connus de la (dé)colonisation avec, en image-phare, le départ précipité de Pieds noirs, ce 2 juillet 1962, décrits et évoqués avec empathie et compassion dans les premier et dernier chapitres.

Qui est le protagoniste ? La jeune femme « les yeux ouverts les lèvres closes » ou le narrateur ? C’est bien le second axe de ce roman de la mémoire, d’une mémoire d’Algérie parmi d’autres, que la recomposition du destin de cette femme, mise en perspective par le maître d’écriture, le narrateur (nommé aussi scripteur, conteur) qui, enfant est allé à Baïnem et qui, adulte, en 1980, a essayé de retrouver le lieu… mémoire des pierres… nommé « Beau-Rivage ». Cette dénomination tisse une relation beaucoup plus explicite dans la suite du roman pour comprendre, peut-être, pourquoi on revient, en 2018, à ces derniers mois de l’Algérie française : « Au lendemain du massacre sur la promenade des Anglais, il a appris que des survivants de la tuerie avaient été évacués par les forces de l’ordre au Beau-Rivage de Nice, il a interprété cette coïncidence comme un raccourci automatique entre l’imaginaire et la réalité ».

Les dix chapitres du déroulement fictionnel portent un titre : ces dix titres peuvent être lus comme une longue phrase où s’égrène le thrène d’un aède (le narrateur) faisant le récit de la vie de cette « fille d’Alger » prise dans l’exode, avec le sentiment fort d’avoir été flouée – depuis toujours –, dans cette Algérie coloniale qui rejette les identités problématiques : « Dans un angle mort de la conscience collective … parmi des femmes d’Alger… une douteuse sœur de la miséricorde… danse sur les imprécations du muezzin amourpuis contemple un des chaudrons du monde…et le chantier du désastre… tandis que se cabre une pensée cadavérique… et que sont descendus au tombeau valises et cercueils… de cendres recouverts… et ma foi bafouée ». Lisant ces titres comme une seule phrase, on constate que la femme est objet de la narration, le sujet actif de l’acte de raconter étant bien celui qui interprète le désastre et la perte de ses rêves, dont témoignent les six derniers titres.

Bordeaux la mémoire des pierres nous avait accoutumé à une lecture active de l’écriture de Jean-Michel Devésa : Une fille d’Alger n’échappe pas à cette injonction et donc au rejet d’une lecture passive où la chronologie, les faits, les pensées intimes des personnages sont préparés et expliqués par la narration. Au lecteur d’apprendre à passer de la troisième à la première personne, d’un lieu à l’autre, du personnage au narrateur, d’hier à aujourd’hui ; à lui d’être vigilant.

[LIRE LA SUITE]

 

Jean michel devesa une fille dalger couverture

 

Le pied-noir à la cocarde

De  Liliane Messika  avec la contribution de Serge Strobacki

Editions l’Harmattan 3 novembre 2017

 

Le pied noir a la cocarde

 

En couverture : Isaac Guigui et ses quatre fils Circa 1955

Albert Guigui est né en France, Français, dans un département qui ne l'est plus : jusqu'en 1962, le 91 ne désignait pas l'Essonne mais Alger. Après l'assassinat de son père par un terroriste, il a fait partie des 700 000 citoyens français qui, sommés de choisir entre "la valise et le cercueil", ont préféré la vie. Ils sont arrivés, selon leur formule, "une main devant, une main derrière". Des mains vides ? Non, pleines d'espoir. Mais la mère patrie n'avait aucune sympathie pour ces "pieds-noirs" qu'aujourd'hui on appelle colons. Quel ressort, quelles ressources a-t-il dû mobiliser d'abord pour "devenir adulte avant d'être vieux", puis pour mener une belle carrière professionnelle et enfin pour mériter d'être décoré de l'ordre national du mérite au titre d'élu de la République ? C'est ce que raconte ce livre, qui resitue cette histoire individuelle au sein de l'histoire majuscule.

Liliane Messika est une obsédée textuelle : essais, BD, romans, biographies, traductions... "Le Pied-noir à la cocarde" est sa 2ème biographie et son 33e livre publié.
Serge Skrobacki l'accompagne depuis "L'Orient et l'Accident" (31e livre) qui leur a valu le Coup de Coeur WIZO Marseille 2016.

 

 

Le Premier homme

BD de Jacques Ferrandez d'après l'oeuvre d'Albert Camus Gallimard BD ed. 21 septembre 2017

 

Le premier homme

 

 

 

 

 

Le 4 janvier 1960, Albert Camus se tuait dans un accident de voiture près de Sens. Dans sa pochette, se trouvait le manuscrit d’un livre : le récit inachevé d’un retour de l’écrivain en Algérie.

Le premier homme fut finalement publié en 1994 par la fille de Camus. Il y racontait de façon romancée son retour en Algérie, sur les traces de sa jeunesse. Une enfance marquée par la disparition précoce de son père. Élevé entre sa mère déprimée et sa grand-mère autoritaire, Albert Camus a été marqué par un instituteur à l’ancienne qui, très tôt, l'a repéré. A ses heures perdues, il fréquentait les enfants de son quartier sans distinction dans le quartier Belcourt à Alger. Le Premier homme, décrit ainsi le quotidien d'un jeune Algérois de milieu modeste, nommé Jacques Cormery, loin de l’image de riches propriétaires terriens qu’on a parfois collé aux pieds-noirs à leur arrivée en métropole en 1962

Lire la suite de l'analyse d'Anne Douhaire [LIRE]

 

******

Français d'Algérie et Algériens avant 1962 - Témoignages Croisés Hemisphères ed. 2 septembre 2017

de Roger Vétillard

Prenant appui sur les témoignages de pieds-noirs, métropolitains, militaires ayant vécu en Algérie pendant la période française, Roger Vétillard a rencontré en France et en Algérie les derniers témoins de l'avant 1962 et réuni une vaste documentation pour éclairer une réalité historique trop souvent tue : par-delà le déchirement, les crises et la propagande, les deux communautés n ont pas rompu leurs liens, des liens qui ont souvent la couleur de l'amitié.

 

Francais d algerie et algeriens avant 1962

 

 

[LIRE LA SUITE]

******

L’Algérie et la France. Deux siècles d’histoire croisée

Par Gilbert Meynier

Editions L’Harmattan septembre 2017 108  pages
Bibliothèque de l'iReMMO

L algerie et la france deux siecles d histoire croisee 1ere

 

 

 

Après un rappel de la tradition historiographique coloniale française, cet ouvrage, qui traite du système colonial entre politique et primat des armes, renvoie le lecteur au temps long d'une histoire, peu ou prou partagée entre le nord et le sud de la mer Méditerranée - en arabe, la mer moyenne ; ce qui explique in fine la conquête militaire de l'Algérie à partir de 1830, puis la mise en place dudit système. Ce livre tente de synthétiser les formes et le fond des répliques à la colonisation, qui aboutissent à la guerre d'indépendance de 1954-1962, sans pour autant effacer l'entrelacement - traumatique certes, mais bien tangible - entre Algériens et Français.


En savoir plus sur : https://www.judaicalgeria.com/pages/l-algerie-et-la-france-deux-siecles-d-histoire-croisee.html

 

*******

Un loup pour l’homme de Brigitte Giraud éditions Flammarion, août 2017, 256 p.

 

Un loup pour l homme

 

Sur la carte d’identité de Brigitte Giraud figure la mention “Née en Algérie”. Mais, ce pays, elle l’a quitté alors qu’elle n’avait que quelques mois. Elle n’en a gardé aucun souvenir. C’est par un long dialogue avec son père et une abondante documentation qu’elle a reconstitué dans son dernier livre la vie dans cette Algérie que l’on disait alors “française”. Si l’aspect documentaire est donc présent dans Un loup pour l’homme, c’est aussi un véritable roman, porté par une histoire passionnante. Celle d’un homme d’une vingtaine d’années qui se retrouve obligé de faire son service dans un pays qu’il connaît à peine et pour une mission de “maintien de l’ordre” dont il va bien vite découvrir qu’elle cache une véritable guerre intérieure, avec sa violence, ses tortures, ses attentats, ses massacres. Entre le FLN, l’armée française, les fellaghas et une population qui ne sait plus à quel saint se vouer, l’écrivaine ne prend pas parti. Elle se glisse dans la peau de son héros, Antoine, inspiré par son propre père. Un homme dont le courage consiste à refuser la violence et à garder son humanité dans ce climat de plus en plus menaçant, malsain. Un homme qui a cette chance de voir sa femme débarquer sur le sol algérien, s’y installer quelques mois pour mettre au monde leur fille. Même s’il consacre de longues heures à tenter de soigner et de réconforter des soldats qui ont vu l’horreur, y ont participé. L’amitié qui le lie à l’un de ces blessés, amputé d’une jambe et devenu complètement mutique, est poignante. Comme l’est d’ailleurs tout ce roman, écrit à hauteur d’homme, qui s’attaque à un pan encore trop mal connu de l’histoire française.

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 15/04/2018