Accueil

Bienvenue sur JudaicAlgeria

 

   Tables de la loi 2

     " Se souvenir de son passé, le porter toujours avec soi,

c'est peut-être la condition nécessaire pour conserver,

comme on dit, l'intégrité de son moi. " 

Milan Kundera

 

 

 

 

Nous sommes  passionnés et motivés par la transmission de l'histoire et de la mémoire des juifs d'Algérie.

Depuis 2012, nous avons travaillé sans relache à rechercher documents, photos, articles, livres, vidéos etc... pour enrichir le site .

Nous sommes  loin des querelles de clans ou des rivalités de personnes, indépendants de tous liens associatifs ou communautaires.

Tous ceux qui voudront collaborer avec Michelle et Jacques dans cet état d'esprit seront les bienvenus.

 

Contact JudaicAlgeria :  contact@judaicalgeria.com Envoyez nous vos témoignages écrits, photos, documents, réferences de livres et d'articles, annonces d'expositons, de concerts... qui pourront contribuer à enrichir le site.

Signez le livre d'or. Faites-nous part de vos impressions sur le site. Toutes vos suggestions sont les bienvenues. Livre d'or (clic)

La rubrique "vos annonces" (clic) est créée pour communiquer entre visiteurs du site. Vous pouvez y déposer diverses annonces sauf des annonces à caractère commercial.Utilisez la et lisez la si vous êtes à la recherche de personnes que vous avez perdues de vue depuis l'Algérie.

 

_________________________________________________________________________

20 aout 1955 : Le massacre d’El Halia

 

Le 20 août 1955 à 12 heures, une katiba (bande de terroristes du FLN), armée jusqu’aux dents, a massacré 123 habitants (71 à El Halia, petit village minier près de Philippeville, où les Arabes et les Français cohabitaient en parfaite osmose.

C’est le premier grand traumatisme de la guerre d’Algérie : La sauvagerie et la barbarie de cette insurrection surprennent  et jettent dans l’effroi les communautés juives et européennes. Il y a Elle fait des dizaines de victimes, hommes, femmes , enfants dont une famille juive connue dans tout le constantinois.

250 familles algériennes ainsi que 130 familles européennes travaillaient dans la mine, dirigée par un jeune ingénieur, M. Revenu, nommé tout récemment. Dans l’éventualité d’une attaque, le responsable de la sécurité avait réclamé des armes mais elles lui avaient été refusées par les autorités.

 Le responsable local du FLN se nommait Zighoud Youssef chef de la willaya 2.C’est lui qui, le 20 aout 1955, lance la population civile de certains douars du Nord-Constantinois contre les Européens.

123 des personnes qui  le village 'habitent, de toutes religions, de tous sexes, de tout âge et de toutes opinions politiques sont massacrés de la façon la plus ignoble que l'on puisse imaginer. (71 européens, 52 musulmans, 120 disparus). Outre les égorgements des hommes (après ablation du sexe et vision du viol de leurs femmes et de leurs filles) et l'éventration des femmes, méthode habituelle, on note pour la première fois des personnes dépecées, vraisemblablement tant qu'elles étaient vivantes.Massacre d elhalia

 

 

Mais laissons plutôt la parole à Marie-Jeanne Pusceddu, qui était sur place ce jour-là « Il était 12 h lorsque nous avons entendu des coups de feu et les youyous des Mauresques. Tous les hommes travaillaient à la mine. Ma belle-sœur, Rosé, sa petite dernière Bernadette (3 mois) dans les bras, et ses enfants, Geneviève 8 ans, Jean-Paul 5 ans, Anne-Marie 4 ans et Nicole 14 ans, sont venus se réfugier chez nous. Il y avait ma mère, mon frère Roland, 8 ans, mes sœurs Suzanne, 10 ans, et Olga, 14 ans, et mon mari qui venait de rentrer pour déjeuner avec nous. Mon autre fils, Roger, 17 ans, travaillait à la mine.

Les fellaghas ont fait irruption en cassant la porte à coups de hache. C’était Chérif qui les dirigeait. Chérif, le chauffeur de taxi, notre ami, lui qui avait assisté à notre mariage et était venu nous chercher à la gare à notre retour du voyage de noces. C’est lui qui commandait les fellaghas qui hurlaient : « Nous voulons les hommes. » Chérif a tiré en pleine poitrine sur ma pauvre mère avec son fusil de chasse. Elle est morte sur le coup, avec Roland dans ses bras, grièvement blessé. Rosé a été tuée dans le dos et son bébé écrasé contre le mur. Ensuite, Chérif a tiré sur moi et j’ai reçu la balle à hauteur de ma hanche. Olga, ma sœur, a été violée puis assassinée et mon autre sœur, Suzanne, blessée à la tête (elle en porte encore aujourd’hui la marque).

Toute la famille Azaï a été également massacrée à coups de couteau, la sœur de ma mère, son mari, ses deux filles, dont l’une était paralysée, et son autre fille, qui arrivait de France en vacances, déchiquetée à coups de couteau avec son bébé.

À la mine, le massacre s’est poursuivi. Mon frère assassiné, mon cousin Julien également alors qu’il se trouvait au restaurant. Pierrot Scarfoto à coups de fourchette et les testicules coupées et enfoncées dans la bouche, tout comme mon neveu, René. Mon père, sourd de naissance, blessé, s’est réfugié dans une galerie abandonnée où on ne l’a retrouvé mort que 15 jours plus tard. 13 membres de ma famille abattus ce même jour. 

Les cris, les youyous stridents, la fumée, le feu, quel cauchemar ! ...Un avion de tourisme est passé au-dessus du Village et a donné l'alerte. L'armée est arrivée à dix-sept heures. »

 Ce massacre résulte des nouvelles consignes du FLN qui a échoué dans sa tentative de mobiliser massivement les français musulmans d'algérie contre la france, que ce soit par la propagande ou par la terreur. Il a également échoué dans sa tentative de créer une force militaire suffisante pour gagner des combats contre l'armée française, par manque de soutien extérieur susceptible de lui procurer des armes, aussi parce que les paras et autres troupes de choc, ramenées d'Indochine, implantent de nouvelles formes de guerre, avec des unités mobiles, et le début des opérations héliportées. Enfin de plus en plus nombreux sont les musulmans qui portent les armes françaises, d'abord protection des sections administratives spéciales nouvellement implantées, gendarmes des groupes mobiles de sécurité, puis progressivement et de plus en plus, auto défense des villages et troupes combattantes, les harkis.

Le FLN a alors décidé de faire régner la terreur, il renforce ses politiques d'attentat aveugles dans les villes, son extermination systématique des européens, ses actions de sabotage de récolte, de routes, de réseau ferré, de lignes téléphoniques qui le conduiront à la victoire. Il vise aussi les nationalistes modérés type Ferhat Abbas, dont le neveu, qui gérait sa pharmacie est égorgé pour l'exemple. Abbas comprendra parfaitement qu'il n'est plus possible de tenter une troisième force et rejoindra le Caire.

El Halia aura une autre conséquence, le gouverneur général Soustelle, qui était venu en Algérie avec la volonté de trouver une solution politique, voyant le massacre, déçu de ses contacts, décide "qu'on ne discute pas avec des gens comme ça". Lors de l'enterrement des victimes, les personnes présentes, menées par le maire, piétineront les gerbes et couronnes offertes par les autorités préfectorales et militaires et feront une conduite de Grenoble au sous préfet.

Soustelle écrira : "Les cadavres jonchaient encore les rues. Des terroristes arrêtés, hébétés, demeuraient accroupis sous la garde des soldats….Alignés sur les lits, dans des appartements dévastés, les morts, égorgés et mutilés (dont une fillette de quatre jours) offraient le spectacle de leurs plaies affreuses. Le sang avait giclé partout, maculant ces humbles intérieurs, les photos pendues aux murs, les meubles provinciaux, toutes les pauvres richesses de ces colons sans fortune. A l'hôpital de Constantine des femmes, des garçonnets, des fillettes de quelques années gémissaient dans leur fièvre et leur cauchemars, des doigts sectionnés, la gorge à moitié tranchée. Et la gaieté claire du soleil d'août planant avec indifférence sur toutes ces horreurs les rendait encore plus cruelles ".

 

_________________________________________________________________________

La photo de la semaine

La photo de la semaine nous permet de promouvoir une fois par semaine une photo récemment publiée sur le site, une de nos dernières trouvailles fruit de nos recherches incessantes.

Constantine allee des squares

CONSTANTINE - Allée des Squares ( Au fond: la halle aux grains,  futur garage Citroën)

Notre collection de photos anciennes de Constantine sur la page : https://www.judaicalgeria.com/pages/constantine.html

____________________________________________________________________________


La dernière sélection de livre dans notre rubrique "Lectures pour tous"

Salam Toubib - Chronique d'un médecin appelé en Algérie, 1959-1961

Bande dessinée de Claire Dallanges -  Illustrations de Marc Védrines

Editions Delcourt Collection Mirage: 25/05/2016

Au cours d’un voyage en train, une jeune femme presse son père de lui raconter « sa guerre d’Algérie ». Il accepte et lui livre une vision riche et sincère des événements qu’il a vécus en tant que médecin militaire.

Gilles Tardieu est un jeune homme brillant de 24 ans qui vient de réussir sa thèse de  médecine. Pourtant, il résilie son sursis d’incorporation et part en Algérie comme médecin. Il y débarque en 1959 et se retrouve pris dans un engrenage fait de hasards administratifs et d’obligations militaires. Dans ce cadre hostile, sur fond de crise politique et de menace terroriste, il doit trouver sa place…

Claire Dallanges s’est servi en grande partie des souvenirs de son père. Médecin, il a été comme grand nombre de ses confrères tout juste formés appelé en Algérie pendant ce que l’on a pudiquement et faussement nommé les évènements de 1954 à 1962. Dans Salam toubib, avec Marc Védrines au dessin, Claire Dallanges part sur les traces d’un de ces médecins dans ce cas volontaire qui seront confrontés à une vraie guerre et qui tenteront d’exercer leur métier au mieux des intérêts de tous mais sous l’uniforme. Un sujet rarement évoqué auquel Salam toubib apporte un jour nouveau.

SalamtoubibLIRE LA SUITE

_____________________________________________________________________________________________

Le billet du webmaster

En juillet et aout, le site connait une pause estivale après le florilège de publications d'avril  de mai  et juin derniers.

Plus recement depuis le 15 juin , nous avons entrepris de classer tous les livres de notre bibliothèque par genres au sein d'une large rubrique "Lectures pour tous". Les différents thèmes retenus sont : Romans et fictions, Biographies et auto-biographies, Histoire et essais historiques, Témoignages, Le judaïsme en Algérie, en France, en Israel, Livres de cuisine traditionnelle, Bandes dessinées et livres illustrés.

D'autres thèmes viendront ulterieurement s'ajouter à cette liste au fur et la mesure que nous découvrons de nouveaux ouvrages.

Nous remercions tous nos nombreux visiteurs pour leurs témoignages de sympathie et leur soutien.

Les courriers et les commentaires des internautes cités plus bas en témoignent.
Voici les récentes  réalisations sur le site.

Bonne lecture!

Dernières parutions sur le site

(Cliquer sur le titre en bleu pour lire la page correspondante)

Lectures pour tous: Histoire essais historiques : 

La première victoire :  8 novembre 1942 par Roger Carcassone éditions Louis Pariente, 2001 publié le 26 aout 2016

Les Juifs d'Algérie, deux mille ans d'histoire par Richard Ayoun & Bernard Cohen., éditions JC Lattès,1982 collection Judaïques, une bibliothèque juive, dirigée par Janine Gdalia, préface de Gérard Nahon  publié le 25 aout 2016

Bandes déssinées : Salam Toubib - Chronique d'un médecin appelé en Algérie (1959-1961) Par Claire Dallanges illustration de Marc Vedrines Edition Delcourt-Collection Mirages 25mai 2016  publié le 24 aout 2016

 

Photos d'hier  : Alger - Quartier de Bab-el- Oued publié le 5 aout 2016    Algérie -Transports d'Antan Vidéo sur les tramways à Oran dans les années 1900   publié le 15 aout 2016

Opération Torch : Gaston Palissek : 22 octobre 1942 : l'entrevue de Cherchell, prélude à l'opération Torch publié le 3 juillet 2016

Algérie, transports d'antan :Les transports routiers de marchandises publié le 3 juillet 2016 avec le témoignage et les photos d'archives familiales de Monsieur Philippe Ximénès.

Cuisine : LA MEGUINA publié le 3 juillet 2016

Recette de LARCHA - Ragoût de chou et de fèves publié le 2 juillet 2016

Infos Vient de paraitre  : Juifs et musulmans en Algérie. VIIe-XXe siècle par Lucette Valensi,  publié le 1er juillet 2016 dans la rubrique Histoire de Lectures pour tous

Points de vue et histoire : Caroline Rebouh :La Kahina, Reine juive mythe ou réalité publié le 30 juin 2016

Infos : Vient de paraitre :

«À la recherche de l'enfance, joies et blessures, l'Algérie» Par Alain Pebrocq-Favier  publié le 25 juin 2016 dans la rubrique Témoignages de LECTURES POUR TOUS

Ma bataille d’Alger, de Ted Morgan, publié le 24 juin 2016 dans la rubrique Histoire et Essais Historique s  de LECTURES POUR TOUS

Lectures pour tous : MARIAGE - Tout sur le mariage juif par Katy Bisraor Ayache  publié le 22 juin 2016 dans la rubrique Judaisme

 Histoire des Juifs en Algérie par Myriam Perez et Janine Benoit publié le 2 juin 2016 dans la rubrique Histoire et Essais Historique s

Cuisine : Recette du Berbouche publié le 28 mai 2016

Photos d'hier : Villes et paysages d'Algerie LAGHOUAT   publié le 18 mai 2016

Opération Torch : Jean-Paul Boumendil :Charles BOUMENDIL, groupe d'action B3 de la Grande Poste à Alger, Compagnon du 8 novembre 1942 publié le 11 mai 2015

Ecrits de mémoire : Nicole SQUINAZI-TEBOUL - Départ  publié le 1er mai 2016

Les juifs dans la résistance le 8 novembre 1942 : Paul Molkhou : Ma rencontre avec Mrs Tuyl à Alger en Octobre 1941 et ma participation au débarquement du 8 novembre 1942. publié le 1er mai 2016

 

 

 

Des internautes nous écrivent

 

 

Nous citons ici les derniers commentaires ou courriers reçus de nos visiteurs particulièrement emblématiques

BRAHA
03/07/2016                   
 

Sur : ALGERIE LES TRANSPORTS D'ANTAN

Je ne connais de l'Algérie que ce que j'en ai entendu dans les médias. Je n'y suis jamais allé et n'y suis pas né non plus. Mais tous ces souvenirs évoqués avec nostalgie sont très touchants et je voulais féliciter tous ceux qui ont permis d'alimenter et faire paraître ce site.

                                         

 

   Sur :                               TRANSPORTS D'ANTAN

                                            Philippe Ximenes     02/07/2016

En premier lieu, recevez toutes mes félicitations pour la qualité de votre ouvrage que j'estime être d'une grande qualité, tant sur l'aspect nostalgique que par la diffusion de vos clichés mémorables.

Merci pour ces merveilleux clichés d'un autre temps, je pense à nos ancêtres qui ont tant donné pour nous apporter ce confort, nous qui avons fui en abandonnant tout leur travail. Mon père travaillait aux transports Mory à Alger, il ravitaillait les différentes bases vie du Sahara en produits périssables transportées dans les containers de la S.H.R.M, dommage que l'on ne puisse aussi apprécier l'évolution du transport de marchandises depuis le début de notre présence sur cette terre qui nous est chère. Merci !

La rubrique me semble importante d'exister pour celles et ceux qui se reconnaîtront, soit pour l'avoir vécu, soit pour en être les témoins auditifs d'un temps certain.

Amitiés Pieds-Noirs,

Philippe Ximénès

 

Rodineau Nicole   
27/04/2016
 

Sur : ALGERIE LES TRANSPORTS D'ANTAN

Je me souviens des rapatriements en Mai et Juin 1962, vers Marseille et Pau, reçus comme des animaux à Marignane, avec un personnel AIR FRANCE qui refusait de vider les toilettes et qui ne voulaient pas même embarquer de l'eau pour repartir chercher les malheureux qui campaient sur la pelouse de Maison-Blanche et qui avaient des numéros pour embarquer. Je dois dire que cela était très différent à Pau, où sur la piste étaient installés la Croix Rouge et les parachutistes .Leur attention et leur prise en charge étaient fantastiques.
Ch;De Gaulle avait interdit que les caravelles transportent cette population désespérée et seuls les Douglas DC4 faisaient la navette. Je l'ai vécu, car j'étais dans les avions et j'installais ces passagers en larmes. J'étais personnel navigant à AIR FRANCE.

 

                          Sur : LIVRE D'OR

kosowski
10/04/2016
 
 

Bonjour, c'est grâce à mon frère Gérard que j'ai pris connaissance de ce site, c'est avec une grande émotion que j'ai parcouru les différentes rubriques, et particulièrement celui sur Tlemcen, où je suis née, que de souvenirs restés gravés dans ma mémoire de petite fille, je suis une fille OBédia mon père était représentant de commerce pour des produits orientaux et maman ést une fille ganancia, mes grands-parents étaient bijoutiers à Tlemcen, ce site est vraiment très bien fait car on y trouve et retrouve des tas de renseignements et des souvenirs, j'ai beaucoup aimé la vidéo sur le retour à Tlemcen, très émouvant, les photos sur Tlemcen m'ont rappelé beaucoup de souvenirs toujours en ma mémoire, j'aimerai me faire un "kif" et y retourner avec mes enfants, et mes frères et soeurs, je demeurais place Kessaria, et mes parents ainsi que mes grands-parents avaient des amis musulmans, et à Tlemcen, nous nous entendions très bien avec eux. Je vais transmettre ce site à mes amis et famille, et bonne continuation pour ce site très utile Nelly Kosowski née Obedia.

 

Covas Andrée
06/04/2016 
 

Sur : ALGERIE LES TRANSPORTS D'ANTAN

Merci pour ces documents, vous qui avez oeuvré pour ce résultat émouvant !! j'ai retrouvé avec plaisir les trolleys (où nous étions tous installées sans ségrégation , regardez les photos!!) surtout la carte juste en dessous de Fromentin, mon superbe lycée où nous avons appris ( de gré ou de force) une quantité impressionnante de savoirs en tous genres
Pour info j'ai cru comprendre par le tel PN que le ville d'Alger et le Kairouan après avoir vaillamment transporté les troupes jusqu'à Tahiti, pendant des années, ont fini coulés corps et bien dans le lagon de Mururoa.
Je revois Alger la Blanche et tous les parfums remontent comme si j'y étais encore !!On veut bien une suite sur d'autres thèmes !!Chiche? Bien cordialement
Andrée Covas, née à Baba Hassen (Alger)

 

Palomba Bernard
05/04/2016
 

Sur : ALGERIE LES TRANSPORTS D'ANTAN

Superbe document, bravo à l'auteur.
Juste une remarque pour dire qu'il existait aussi en Algérie une ville du nom de Bône qui fut préfecture et que je m'étonne de ne pas retrouver au fil de ce document.
Mais n'y voyez surtout aucune acrimonie.
Bônoisement votre.
B. Palomba

 

Savaresse jocelyne
13/03/2016
 

Sur : MUSICIENS JUIFS D' ALGERIE

Bonsoir à tous, ma grand mère Marie Soussan était chanteuse comédienne au casino d'Alger dans les années 1920 / 1930 ( la première femme judeo-arabe à monter sur les planches ) et jouait des pièces humoristiques en duo avec Rachid Karsenty ! et son groupe de musique s'appelait "el Moutribia". Elle a fait aussi une trentaine de disques 78 tours ! Je n'ai rien d'elle comme souvenirs ... J'ai écouté sur internet 2 disques d'elle sur you tube, et je pleure à chaque fois.
Qui pourrait m'aider à trouver des photos ( ou d'affiches du casino ) de ma grand mère que j'adorais ? Elle connaissait bien Barchtarzi et à fait aussi des pièces pour lui. Mon père Alfred (dit fredo) lui était opérateur de cinéma à Alger et habitait rue babazoun avec sa maman jusqu'en 1950.
Je vous remercie beaucoup pour votre aide.
Jocelyne Roessel / Savaresse

Ecrire à contact@judaicalgeria.com qui transmettra

 

LAFAYE Danièle
02/03/2016
 

 

Sur : ALGERIE LES TRANSPORTS D'ANTAN

Née en 1943 à ALGER...partie en 56. retour en 62 et 63... TOUS ces souvenirs de ma jeunesse sont ancrés dans ma mémoire, j'entends encore le bruit de l'autobus qui s'arrêtait devant chez moi Brd st Saëns... Regarde les photos de l'école rue Daguerre, avec toutes les copines....Où êtes vous ??? Fatma-Zora, Kadidja, Jacqueline, Catherine.. Les traversées tous les ans sur les Ville d'Oran et d'Alger sur les transats où j'étais malade pendant 20 h.... Les forêts, les cyclamens, les ruines, les plages si belles...la Colonne Voirol...Les palmiers, les jasmins, les parcs... les rues: les petites, les grandes...
et j'arrête, la liste est trop longue, les souvenirs trop présents, je peux dire une chose, c'est qu'on travaillait tous ensemble, qu'on ne se posait pas de questions, qu'on jouait aux osselets, et dansait la danse du ventre dans la classe... On était tous heureux.. tous mélangés. On avait besoin les uns des autres, et effectivement on se respectait..
MERCI pour ces photos et cartes que j'ai redécouvertes avec joie...
Il manque les odeurs et les couleurs !! le soleil et la gentillesse des gens. Et puis, et puis !!!!! Amitié...Danièle

 

 

 

 

Vous êtes le 497487ème visiteur

Date de dernière mise à jour : 26/08/2016