Accueil

Bienvenue sur JudaicAlgeria

 

   Tables de la loi 2

     " Se souvenir de son passé, le porter toujours avec soi,

c'est peut-être la condition nécessaire pour conserver,

comme on dit, l'intégrité de son moi. " 

Milan Kundera

 

 

 

 

Nous sommes  passionnés et motivés par la transmission de l'histoire et de la mémoire des juifs d'Algérie.

Depuis 2012, nous avons travaillé sans relache à rechercher documents, photos, articles, livres, vidéos etc... pour enrichir le site .

Nous sommes  loin des querelles de clans ou des rivalités de personnes, indépendants de tous liens associatifs ou communautaires.

Tous ceux qui voudront collaborer avec Michelle et Jacques dans cet état d'esprit seront les bienvenus.

 

Contact JudaicAlgeria :  contact@judaicalgeria.com Envoyez nous vos témoignages écrits, photos, documents, réferences de livres et d'articles, annonces d'expositons, de concerts... qui pourront contribuer à enrichir le site.

Signez le livre d'or. Faites-nous part de vos impressions sur le site. Toutes vos suggestions sont les bienvenues. Livre d'or (clic)

La rubrique "vos annonces" (clic) est créée pour communiquer entre visiteurs du site. Vous pouvez y déposer diverses annonces sauf des annonces à caractère commercial.Utilisez la et lisez la si vous êtes à la recherche de personnes que vous avez perdues de vue depuis l'Algérie.

___________________________________________________

 

 

____________________________________________________

 

 

Projet de création d'une association dédiée à la sauvegarde du cimetière juif de Saint-Eugène à Alger

Par Jean-Paul Durand, Michel Zaffran et Frederique Albou

L’accélération de la dégradation du cimetière juif de Saint-Eugène et l’état d'abandon de plusieurs parcelles, décrit par les personnes qui y sont allées récemment, ont convaincu plusieurs d'entre nous qu’il est urgent de faire quelque chose pour sa sauvegarde.

Pour cela l'idée d'une association 1901 est apparue comme le moyen privilégié pour servir d'interlocuteur auprès des pouvoirs publics et représentants des gouvernements concernés de France et d’Algérie : ministères, consulats, ambassades, ainsi qu'auprès de partenaires : commerciaux, institutionnels, culturels, universitaires, associatifs, etc.

La conservation de ce patrimoine est la priorité. Tous les travaux et opérations de notre groupe seront focalisés sur cet objectif.

Mais avant de créer cette association il est nécessaire de rassembler encore des éléments.

Un travail est en cours pour établir un "Rapport–Etat des Lieux" chronologique, complété des photos prises en 2018, de façon à disposer d'un document récapitulatif susceptible d'être présenté aux instances officielles en France en fonction des besoins et opportunités.

Michel Zaffran est allé en février dernier à Alger. Son constat est très alarmant. Il doit y retourner avec Jean-Paul Durand fin avril-début mai pour faire un état des lieux complet et rencontrer des représentants de la wilaya d’Alger, des représentants de l’ambassade de France, des universitaires, des responsables d’entreprises de travaux.

Le Consistoire de France a toujours approuvé les initiatives de particuliers travaillant à la sauvegarde des cimetières israélites d'Algérie, et les encourage, sans possibilité toutefois, à ce jour, d'en prendre la charge.

La situation est grave et à prendre très au sérieux sans pour cela nous précipiter : il reste encore plusieurs questions en suspens qui méritent une réflexion approfondie, comme celle du périmètre de l’association qui pourrait être élargi au cimetière chrétien qui jouxte le cimetière juif.

Vous êtes invités à nous faire part de vos idées, remarques, suggestions, attentes et propositions, et nous dire ce que vous souhaitez apporter à notre future association, celle de tous ceux qui pensent que ce devoir de mémoire est nécessaire.

Jean Paul Durand jeanpauldurand5@gmail.com

Michel Zaffran michelzaffran@gmail.com

Frédérique Albou frederique.albou@gmail.com

_____________________________________________________________________

 

Parutions sur le site au cours des trois derniers mois

(Cliquer sur le titre en bleu pour lire la page correspondante)

Publications d'avril 2018

Photos d'hier :Nouvelles photos dans "Scènes de vie" publié le 25 avril 2018

Collections particulières d'archives familiales : Collection Valérie M.C.  publié le 14 avril 2018

Synagogues d'Algérie : Nouvelles photos de la Synagogue de Blida publié le 14 avril 2018

Algérie, les transports d'antan : Nouvelle photo dans l'Algérie à l'époque des dililgences publié le 2 avril 2018

Publications de mars 2018

Opération Torch.Souvenirs des témoins du débarquement : Témoignage de Roland Foury publié le 21 mars 2018

Synagogues d'Algérie: Nouvelles photos de la Synagogue  de Laghouat publié le 9 mars 2018

Lectures pour tous.Romans et fictions : "La fille d'Alger" par Jean-Michel Dévésa publié le 7 mars 2018

Opération Torch. Souvenirs des témoins du débarquement : Chez nous, le 8 novembre 1942 c'est pourim par Ariel Carcienté  publié le 6 mars 2018

 

Publications de février 2018

Page d'accueil : Bonnes fêtes de Pourim publié le 27 fevrier 2018

Opération Torch : Témoignage de Germaine Desmoulins : Allo Robert, Franklin arrive... Alger 8 novembre 1942 publié le 5 février 2018

Coutumes et traditions : Le mariage juif à Alger entre les deux guerres publié le 10 février 2018

________________________________________________________

La photo de la semaine

La photo de la semaine nous permet de promouvoir une fois par semaine une photo récemment publiée sur le site, une de nos dernières trouvailles fruit de nos recherches incessantes.

Tlemcen rue de france 1

Tlemcen . Rue de France

Photo extraite de notre page sur les photos anciennes deTlemcen https://www.judaicalgeria.com/pages/tle.html

_____________________________________________________________

______________________________________________________________________________

La dernière sélection de livre dans notre rubrique "Lectures pour tous"

Une fille d’Alger par Jean-Michel Devésa

Bordeaux, Mollat, mars 2018, 143 p., 20 €

…Alger et ses environs dans les derniers mois de l’Algérie française (du 8 février 1960 au 2 juillet 1962), un narrateur qui emprunte sans détour des éléments biographiques de l’écrivain et le choix voulu de quelques événements connus de la (dé)colonisation avec, en image-phare, le départ précipité de Pieds noirs, ce 2 juillet 1962, décrits et évoqués avec empathie et compassion dans les premier et dernier chapitres.

Qui est le protagoniste ? La jeune femme « les yeux ouverts les lèvres closes » ou le narrateur ? C’est bien le second axe de ce roman de la mémoire, d’une mémoire d’Algérie parmi d’autres, que la recomposition du destin de cette femme, mise en perspective par le maître d’écriture, le narrateur (nommé aussi scripteur, conteur) qui, enfant est allé à Baïnem et qui, adulte, en 1980, a essayé de retrouver le lieu… mémoire des pierres… nommé « Beau-Rivage ». Cette dénomination tisse une relation beaucoup plus explicite dans la suite du roman pour comprendre, peut-être, pourquoi on revient, en 2018, à ces derniers mois de l’Algérie française : « Au lendemain du massacre sur la promenade des Anglais, il a appris que des survivants de la tuerie avaient été évacués par les forces de l’ordre au Beau-Rivage de Nice, il a interprété cette coïncidence comme un raccourci automatique entre l’imaginaire et la réalité ».

Les dix chapitres du déroulement fictionnel portent un titre : ces dix titres peuvent être lus comme une longue phrase où s’égrène le thrène d’un aède (le narrateur) faisant le récit de la vie de cette « fille d’Alger » prise dans l’exode, avec le sentiment fort d’avoir été flouée – depuis toujours –, dans cette Algérie coloniale qui rejette les identités problématiques : « Dans un angle mort de la conscience collective … parmi des femmes d’Alger… une douteuse sœur de la miséricorde… danse sur les imprécations du muezzin amourpuis contemple un des chaudrons du monde…et le chantier du désastre… tandis que se cabre une pensée cadavérique… et que sont descendus au tombeau valises et cercueils… de cendres recouverts… et ma foi bafouée ». Lisant ces titres comme une seule phrase, on constate que la femme est objet de la narration, le sujet actif de l’acte de raconter étant bien celui qui interprète le désastre et la perte de ses rêves, dont témoignent les six derniers titres.

Bordeaux la mémoire des pierres nous avait accoutumé à une lecture active de l’écriture de Jean-Michel Devésa : Une fille d’Alger n’échappe pas à cette injonction et donc au rejet d’une lecture passive où la chronologie, les faits, les pensées intimes des personnages sont préparés et expliqués par la narration. Au lecteur d’apprendre à passer de la troisième à la première personne, d’un lieu à l’autre, du personnage au narrateur, d’hier à aujourd’hui ; à lui d’être vigilant.

[LIRE LA SUITE]

 

Jean michel devesa une fille dalger couverture

 


 

Journal d'un râleur de Roland Bacri - Editions du Félin (1 avril 1996)

 

Roland bacri9

 

Journal d un raleur roland bacri 1

Lire la suite dans la page :https://www.judaicalgeria.com/pages/journal-d-un-raleur.html

 

__________________________________________________________________________________

 

 

Des internautes nous écrivent

 

Nous citons ici les derniers commentaires ou courriers reçus de nos visiteurs particulièrement emblématiques

 

Serge SAUMONT GUILLO
28/02/2018 17:07:39
 

Sur : ALGERIE LES TRANSPORTS D'ANTAN 86

En regardant le reportage je suis tombé sur la photo prise en 1947 du junker 52 a Maison blanche . Je suis né en juin 1946 a Maison carrée et j'avais moins d'un an lorsque j'ai pris mon baptême de l'air dans cet avion faisant l'aller retour Alger / Perpignan lors d'un essai . Dans la cabine de pilotage il y avait mon père au poste du radio navigant et dans la carlingue ma mère et moi ( j'ai une photo prise par mon père a l'arrivée a Perpignan ou je suis dans ses bras de ma mère au pied de la passerelle ) . Voir ce "JU"52 m'a ramené à l'époque où mes parents étaient jeunes mariés a Maison banche ou vivaient mes grands- parents . Merci pour ce retour là-bas .

MARTINE MARTIN
30/12/2017 14:04:19
 

 

 

Sur : CONSTANTINE 20

bonjour à tous

que d'émotion en "dénichant" par hasard ce site ! je ne suis ni pied-noir ni juive mais mon père était militaire, et nous avons habité la cité militaire Weygand à sidi mabrouk de 58 à 62 donc entre 7 et 11 ans ! et que de souvenirs car ce sont des périodes riches en émotions de toutes sortes !
si d'autres enfants de militaires (ou pas) ont habité cette cité comme ce serait merveilleux d'échanger nos souvenirs et mettre des noms sur les écoles par exemple impossible de me souvenir du nom de mon école mais je me souviens de l'épicerie de Bouzid avec ses glaces creponnées (?) le restaurant "au bon repos" en ville la patisserie "le poussin bleu" rue caraman il me semble merci pour ce site qui nous fait revivre une partie de notre belle enfance dans ce pays si beau (martine.martin23@gmail.com)

 

ATTLAN Alain
24/10/2017 14:01:03
 
 

 

 

Sur : CONSTANTINE 1

J'ai pleuré en regardant toutes ces photos. Je ne remercierai jamais assez ce site de mémoire vive. Comment raconter à nos enfants et petits-enfants cette ville sauvage et bouleversante qu'a été le Constantine de l'époque? Comment parler de notre vie , de notre jeunesse, de nos rires, de nos colères, de nos peines et de ce passé si riche ? Nous avons enfoui tout cela dans nos coeurs de déracinés transplantés dans cette France aux multiples visages. C'est cela notre héritage que nous voulions occulter par pudeur . Amis où êtes-vous ?

 

Benhamou epouse benayoun
21/10/2017 19:36:17
 

 

 

Sur : Une enfance dans la guerre Algerie 1954-1962

Suite a l'article de Leila Sebbar( les sept morts de Nedroma).sont,
Mon pere, ma mere,mes deux soeurs,mon frere,mon oncle,un ami de la famille.
Je suis la seule rescapee.J'avais quatorze ans.
Je n'ai pas assisté a l'enterrement.
Je ne sait pas ou ils sont enterrés dans le cimetiere juif de Nedroma.
Je n'ai pas de photo de leur tombe.
Existe t-il encore le cimetière?
Merci pour les renseignememts que je pourrais obtenir

Dorsey
05/10/2017 10:24:13
t

 

 

Sur : MUSIQUE

LE MALOUF de Cheikh Raymond Leyris ( 1915-1961). On peut donc dire que le malouf est un héritage direct de la musique de l’Andalousie médiévale. Fidélité au patrimoine musical qui s’est enrichi dans l’Andalousie, du VIIIe au XVe siècles, dans les cours royales, les cénacles intellectuels et les jardins des délices, à Grenade, Cordoue, Séville, mêlant musulmans et juifs, dans la célébration de l’amour courtois et de l’élan vers Dieu. Avec l’expulsion d’Espagne, en 1492, des musulmans et des juifs, s’est fermée une page, dont les échos cependant perdurent dans l’Ibérie d’aujourd’hui. Mais, peut-on dors et déjà affirmer que Le malouf du Rhumel est l’héritier direct du répertoire musical que musulmans et juifs ont élaboré dans l’Andalousie médiévale ? Répondre à cette question requiert une assez profonde recherche dans l’histoire de la musique andalouse. C’est ce qu’a fait l‘écrivain algérien Youcef Dris dans un livre publié cette semaine aux édition « Edilivre » en suivant ce lien:
https://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/863098/s/le-malouf-la-plus-belle-passerelle-sur-le-rhumel-youcef-dris/#.WdeGIztpGM8

 

SMAIL
18/08/2017 02:08:10
 

 

 

Sur : ALGERIE LES TRANSPORTS D'ANTAN

A l'instant , je viens de découvrir ce site. Belle surprise !!!.
J'étais en train de faire des recherches sur notre ancien instituteur ou instructeur militaire en Kabylie entre 1957 -1959 à Bétrouna ( Tizi ouzou ).Son nom est Mr Bernard Paillet ou Payet. Je découvre que quelqu'un du même nom âgé de 80 ans est dcd en 2014. L'émotion est toujours au rdv quand les souvenirs nous parviennent à une vitesse éclair pour nous propulser dans le temps du passé. Et quel temps ! Notre enfance ! Quoi de plus merveilleux ?
Nous avons habité à la Casbah et puis à Belcourt entre 1959 et 1963.Je suis né en 1952.
Je découvre ce site et je serais heureux d'échanger les souvenirs de cette période assez spéciale (pour tous) afin de témoigner et d'exprimer les sentiments enfouis, gardés jalousement dans les tiroirs des souvenirs de l'enfant que j'étais !
Si ce site a pour vocation de faire part de la beauté de ce pays, de l'état d'esprit de ces enfants pleins de rêves, d'échanges de bon souvenirs , sur les rapports humains,des senteurs, des arômes, des odeurs, etc...alors cela m'enthousiasmera.
Je vis en France depuis 42 ans avec une frustration certaine car Alger et l'Algérie de mes souvenirs me manquent terriblement .Malgré mes déplacements annuels, cela ne colmateront jamais ce vide qui s'élargit avec le temps dans mon coeur.
Alors j'espère que nos souvenirs et sentiments partagés feront le voyage dans nos mémoires, pour notre plaisir et pour le Message à nos enfants.
Félicitations pour cette heureuse idée de ce site.

 

FERRARIS CLAUDE VIVIANE
29/07/2017 03:38:56

 

 

Sur : ALGERIE LES TRANSPORTS D'ANTAN

Bonjour à tous PN ou non .Je suis née là-bas en 1945, je n'ai que de bon souvenir, mes amies d'école , mes voisines (qui me portaient souvent du couscous ou des gâteaux) Je suis née du côté de Tiaret , je m'en souviens des bals (qui duraient toute la nuit à cause du couvre feu) des lundis de Pâques où l'on allait manger à la campagne , à la fin du repas on faisait (takouk) .
Je suis partie (avec mes parents) en juillet 62 par avion, pour Toulouse .Que de pleurs !!!!! hélas !!!
En juillet 2005 j'apprends qu'il y a un voyage organisé d'une semaine pour l' Algérie dans la région de Tiaret je m'inscris et me voilà partie pour 1 semaine avec la boule au ventre .Revoir mon pays, mon village, ma maison( peut-être).En arrivant,
quel accueil !!!!!! mais aussi que de larmes versées par moi, les gens qui m'accueillaient et qui habitaient ma maison et pourtant je ne les connaissais pas .On m'a accompagné au cimetière qui n'avait pas trop changé sinon un cimetière abandonné , mais pas saccagé, il y a un gardien.
Que de bons souvenirs inoubliables durant ce séjour.
En septembre 2005 toujours un voyage organisé mais là j'y suis restée 8 jours dans mon ancienne maison , que j'étais heureuse , j'étais chez moi , ils me l'on tous dit "tu es chez toi , c'est ton pays". Pendant cette semaine j'ai pu retrouver mes amies d'enfance , mes amies d'école , j'étais invitée par tous , et depuis j'y suis retournée pendant 10 ans au mois d'avril ou mai.
Voilà 2 ans que je ne suis pas allée et ne peux plus y allée pour cause de santé,(c'est mon plus grand regret ) mais je suis réclamée , la famille qui habite ma maison me le dit , chaque fois au téléphone ou sur skype.
Je remercie les personnes qui ont fait ce montage de Trolley , camions etc pour finir par les avions très beau souvenir , et j'envoie mon amitié à tous ceux qui me liront et à tous les PN.

Vous êtes le 812261ème visiteur

Date de dernière mise à jour : 19/05/2018