Accueil

Bienvenue sur JudaicAlgeria

 

   Tables de la loi 2

     " Se souvenir de son passé, le porter toujours avec soi,

c'est peut-être la condition nécessaire pour conserver,

comme on dit, l'intégrité de son moi. " 

Milan Kundera

 

 

 

 

Nous sommes  passionnés et motivés par la transmission de l'histoire et de la mémoire des juifs d'Algérie.

Depuis 2012, nous avons travaillé sans relache à rechercher documents, photos, articles, livres, vidéos etc... pour enrichir le site .

Nous sommes  loin des querelles de clans ou des rivalités de personnes, indépendants de tous liens associatifs ou communautaires.

Tous ceux qui voudront collaborer avec Michelle et Jacques dans cet état d'esprit seront les bienvenus.

 

Contact JudaicAlgeria :   Contact (clic)Envoyez nous vos témoignages écrits, photos, documents, réferences de livres et d'articles, annonces d'expositons, de concerts... qui pourront contribuer à enrichir le site.

Signez le livre d'or. Faites-nous part de vos impressions sur le site. Toutes vos suggestions sont les bienvenues. Livre d'or (clic)

La rubrique "vos annonces" (clic) est créée pour communiquer entre visiteurs du site. Vous pouvez y déposer diverses annonces sauf des annonces à caractère commercial.Utilisez la et lisez la si vous êtes à la recherche de personnes que vous avez perdues de vue depuis l'Algérie.

_____________________________________________________________________

Shana Tova 5781

Shana tova3

Rosh Hashana

Cette année, Roch Hachana est fêté le samedi 19 et le dimanche 20 septembre 2020. Il s’agit de l’entrée dans l’année 5781 du calendrier hébraïque. Les festivités débutent dès le vendredi 18 au soir.

L'expression Roch Hachana signifie "tête de l'année", 1er jour de l'an, C'est le 1er Tichri.

Rosh-Hashana est le Nouvel An Juif. Bien que selon la Torah, l'année commence en Nissan (le mois de Pessah, la tradition a fixé ce jour comme le premier de la nouvelle année.

Cette fête est mentionnée dans la Bible (Lév. 23:23-25) : « Au septième mois, le premier jour du mois, aura lieu pour vous un repos solennel : commémoration par une fanfare*, convocation sainte… »

Contrairement aux autres fêtes, Rosh-Hashana dure 2 jours en Israël comme en dehors, le Talmud explique que les 2 jours sont considérés comme n'étant qu'un. Rosh-Hashana symbolise aussi le jour de la création de l'Homme par D..

C'est avec Rosh-Hashana que commence la période dite des 10 Jours de Pénitence qui se terminera avec Yom Kippour, le Jour du Pardon. Durant cette période, on a l'habitude de se consacrer à plus d'études et de prières que d'habitude pour demander pardon à D..

On a l'habitude de consommer des mets symboliques comme de la pomme trempée dans le miel pour demander à ce que l'année soit aussi douce que le miel. On consomme aussi de la tête d'agneau (ou de poisson à défaut) et on demande d'être à la tête et non à la queue. On mange aussi de la grenade et d'autres nombreux mets.

11205583 1052139071471079 6081551525082341328 n

Hormis ces us culinaires, une autre tradition veut qu'au cours de ces jours de fête, l'Homme n'ait que des pensées "positives" et n'expriment ni colère, ni haine envers autrui. Ainsi, le premier jour de la nouvelle année sert d'exemple et de référence aux autres jours qui succéderont.

Dans la prière du matin des 2 jours, on a l'habitude de sonner le Shofar, corne de bélier, pour se rappeler le sacrifice d'Isaac et la Miséricorde que D. lui a accordé. On se doit d'entendre 100 sonneries chaque jour.

Rabbin sonant le shofar

Bien qu'on se souhaite, comme dans touts les cultures une bonne année, le message est autrement plus profond : "Soyez inscrits pour une année douce et sucrée", en d'autres termes, "j'espère que vous n'aurez pas une mauvaise année". Prononcée avec sincérité, particulièrement envers une personne avec laquelle on n'est pas en bons termes, cette prière est une preuve de Tsedaqa (puisqu'on ne lui souhaite pas ce qu'on ne voudrait pas se voir souhaiter à soi) et de repentance (puisqu'on fait un pas vers lui, on admet forcément sa part de torts dans le différend qui nous oppose à lui).

On apporte sur la table toutes sortes d'aliments dont le nom ou le goût évoque de bons présages, comme les dattes, la grenade, la pomme au miel, la blette, la courge, le sésame, etc...

Pommes miel et grenande

 D’après http://www.terredisrael.com/Rosh_Hashana.php

 

|LIRE LA SUITE]

____________________________________________________________________

Les douceurs de Roch Hachana

 

Par Caroline Elishéva REBOUH

Pour se souhaiter une bonne et douce année, rien de mieux que d'accompagner nos vœux de douceurs et de confiseries.

Autant que je m'en souvienne, à Alger, à partir du 15 août, la cuisine devenait un véritable "laboratoire" de conserverie et de confiserie. La carte des réjouissances comme mon Père nommait la liste des tâches à effectuer comportait diverses confitures à réaliser : figues, raisins rosés, pommes, coings. Les petits fours à la pâte d'amandes, les dattes fourrées. Les croissants aux pignons. Au niveau conserves : les poivrons séchés conservés dans l'huile ainsi que les tomates séchées elles aussi conservées dans l'huile et surtout les olives cassées.

Pour la confiture de raisins rosés (il s'agissait de la variété Bou Amar), en premier lieu, nous allions acheter des plumes neuves "sergent-major" et, nous nous mettions, à l'aide du fût de la plume,  à épépiner les plus gros grains de raisins. Lorsque certains grains avaient échappé à notre main agile, lors des premiers bouillons du sucre, nous constations la présence de pépins ce qui faisait enrager Maman.

Les confitures de fruits très sucrés comme les raisins, demandaient moins de sucre. Pour un kilo de fruits on mettait généralement 700 grs de  sucre et un bon jus de citron. Maman surveillait fébrilement la cuisson du sucre : dès que la cuillère était nappée de sirop et que celui-ci "faisait la perle" on éteignait la cuisinière pour laisser la bassine à confiture refroidir. Les confitures dans les pots étaient si claires, si belles que le sirop était comme de l'or liquide. Le rôle du jus de citron est d'empêcher la cristallisation du sucre.

Pour les figues, Maman fendait les gousses de vanille en deux et les plongeait dans le sirop de sucre, lorsque celui-ci était vraiment très chaud elle y versait les figues qui cuisaient instantanément.

Pour les coings, après les avoir pelés et épépinés, elle mettait les coings à la chair si coriace à bouillir avec une tranche de citron pour qu'ils restent bien blancs. Les faire bouillir permettait de les attendrir de sorte que le processus de confiture soit raccourci et qu'ainsi le sirop reste clair.

Pour les pommes, on prenait des pommes bien fermes que l'on pelait puis, on les râpait avec le gros trou de la râpe. Dès que le sirop de sucre était prêt on y versait la pulpe râpée qui, saisie par la chaleur du sirop cuisait immédiatement.

Pommes miel et grenande [LIRE LA SUITE]

 

____________________________________________________________________________

 

 

Dernières publications sur le site

 

Cliquer sur le titre en bleu pour ouvrir la page correspondante

Points de vue et histoire  : La conquete de l' Algerie  par Léon Galibert mis en ligne le 12 septembre 2020

Lectures pour tous : Histoire et essais historiques : Algérie, le grand malentendu par Pierre Caravano mis en ligne le 12 septembre 2020

Biographies et autobiographies :

Le tailleur de Relizane par Olivia ELKAIM mis en ligne le 12 septembre 2020

Moïse de Tétouan - Sa mémoire en héritage 1492-1962 par Sylviane Serruya mis en ligne le 11 septembre 2020

Points de vue et histoire: Cremieux donne la nationalité française aux juifs d'Algérie par René Mayer mis en ligne le 31 aout 2020

Roch Hachana : Les douceurs de Roch Hachana par Caroline Elishéva REBOUH mis en ligne le 25 aout 2020

Cuisine : Préparation des pâtes maison d'Alger ( KAOUA EMBEYTA – RESHTA – DRIMETH ) mis en ligne le 22 aout 2020

Recette de la calentica oranaise mis en ligne le 17 aout 2020

Points de vue et histoire  : La mémoire effacée du monde Sépharade (video) par Shmuel Trigano mis en ligne le 13 aout 2020

Idées et opinions : L'importance du rôle de la femme dans le judaisme par Caroline Elisheva  Rebouh Ben Abou     mis en ligne le 5 août 2020

Opinions et histoire :La mémoire des juifs d'Algérie, entre mythes et réalités par Denis Cohen Tanoudji mis en ligne le 3 aout 2020

Lectures pour tous : Romans et fictions La couleur des étoiles  de Michel Levi mis en ligne le 30 juillet 2020

Témoignages Seule, Biskra  par Henri Touitou mis en ligne le 11 juillet 2020

Cuisine : Recette du Houmous mis en ligne le 24 juin 2020

 

La photo de la semaine

La photo de la semaine nous permet de promouvoir une fois par semaine une photo récemment publiée sur le site, une de nos dernières trouvailles fruit de nos recherches incessantes.

Relizane bld victor hugo2Relizane  - Boulevard Victor Hugo

Cette photo est extraite de notre  page sur les anciennes photos de Relizane https://www.judaicalgeria.com/pages/relizane.html

   _________________________________________________________________________

 

___________________________________________________________________________

 

La dernière sélection de livre dans notre rubrique "Lectures pour tous"

Le tailleur de Relizane

de Olivia ELKAIM Editions Stock 19 aout 2020

Le tailleur de relizane couverture Relizane, pendant la guerre d’Algérie. Lorsqu’en pleine nuit, on frappe à la porte, Marcel, le grand-père d’Olivia Elkaim, craint pour sa vie et celles de sa femme et de leurs deux enfants. On lui enfile une cagoule sur la tête, il est jeté dans un camion et emmené dans le désert. Va-t-il être condamné à mort ou gracié ? Il revient sain et sauf à Relizane trois jours plus tard, et ses proches se demandent quel est le secret de ce sauf-conduit. A quoi a-t-il collaboré ? Quels gages a-t-il donné et à qui ? Viviane, son épouse, ses frères, sa mère, ses voisins, tous questionnent le tailleur juif. Mais il garde le silence. Quand un jeune apprenti arabe se présente devant son échoppe, Marcel comprend que tôt ou tard, il lui faudra quitter son pays natal.

[LIRE LA SUITE]

**************

Algérie, le grand malentendu

Par Pierre Caravano Edition L’Harmattan 9 septembre 2020

Algerie ke grand malentendu couverture

Malgré les nombreux ouvrages consacrés à l'Algérie, les ressentiments, les idées fausses, les préjugés demeurent ; la polémique sur la nature de la colonisation ressurgit dans le débat public et la mémoire au sujet de la Guerre d'Algérie et de ses nombreuses victimes n'est toujours pas partagée. C'est à partir de ce constat que Pierre Caravano propose de reprendre l'Histoire de son pays natal. Dans un style narratif, pédagogique, étayé sur une abondante bibliographie, l'auteur décortique, les mécanismes sociaux et politiques, les peurs, les injustices, les mensonges qui ont provoqué le malentendu et l'affrontement entre deux peuples ayant vocation à vivre ensemble dans un même pays. Ce faisant, il dénonce des idées reçues tenaces qui ont empêché la compréhension de cet évènement.

Pierre Caravano est né à Fort de l'Eau (Bordj-El-Kifan) et a vécu 9 ans à Aïn-Taya, à trente kilomètres à l'est d'Alger, jusqu'en 1965. Il a été instituteur, professeur d'EPS puis chef d'établissement.

****************

Moïse de Tétouan, Sa Mémoire en Héritage 1492-1962

De Sylviane Serruya 1er Juillet 2020

Moise de tetouan

L'auteur exhume la biographie d'un arrière-grand-père à partir de documents d'archives et d'articles de journaux. Les recherches font émerger la figure de Moïse au parcours à la fois banale et extraordinaire, mais représentatif de l'histoire des Juifs d'Espagne, du Maroc et d'Algérie. Le mouvement pendulaire entre les deux récits fait comprendre le long et douloureux chemin des "mégorachim", ces expulsés d'Espagne en 1492, devenus "dhimmis" au Maroc puis citoyens français en Algérie. La mise à jour de l'histoire de Moïse permet de rappeler les circonstances de la colonisation de l'Algérie, la mise au pas des Musulmans, l'émancipation des Juifs et le développement de l'antisémitisme chez les colons français et ceux issus de l'émigration latine. Elle permet de remémorer le formidable essor économique, démographique, urbain de la colonie. Ce livre est un hommage à cet ancêtre exemplaire. Il est dédié à tous ceux dont les aïeux traversèrent courageusement les embûches de l'histoire ainsi qu'aux heureux curieux.

[LIRE LA SUITE ]

*************

La couleur des étoiles  Roman historique de Michel Levi

Editions L'Harmattan (24 juin 2020)

 

La couleur des etoiles

 

D'Oran 1920 à Asheville 1993, Will nous raconte les lourds secrets qui entourent ses origines et le destin tragique de ses ancêtres. À travers leurs souvenirs ou leurs confessions écrites, il restitue la vie quotidienne de deux communautés, l'une juive, l'autre noire, dans la première moitié du vingtième siècle.

 Engagé dans une véritable enquête passionnée, tant historique que géographique, pour découvrir la vérité sur ses racines, Will jette des passerelles entre les époques et les continents. Son chemin le mènera à des faits dissimulés, depuis toujours, par l'armée américaine et à un cimetière oublié, à moins de deux heures de Paris.

Au fil du roman, apparaît l’histoire singulière de deux êtres ballotés et écrasés par la deuxième guerre mondiale et deux familles dont les hontes, les humiliations et les souffrances cachées se reflètent, comme dans un miroir, de chaque coté de l’Atlantique.

[LIRE LA SUITE]

************

__________________________________________________________________________________

 

Des internautes nous écrivent

 

Nous citons ici les derniers commentaires ou courriers reçus de nos visiteurs particulièrement emblématiques

REMI

04/06/2019 23:04:25

 

Sur : ORAN photos des années 60

De belles photos éclairées de soleil et où rien ne laisse supposer du drame qui surviendra . J'avais oublié les palmiers et ces animations tranquilles. J'habitais l'avenue de Saint Eugène de ma naissance à l'âge de mes 15 ans en 1962.Je me rappelle encore de l'école primaire Jean Macé et de l'annexe de Gambetta , près des falaises que l'école buissonnière me permettait de découvrir ( en bas, la coque rouillée d'une péniche datant de la guerre de 1945 ) . Puis la vie a passé et je sais aujourd'hui que ces souvenirs ont disparu et comble de malheur, que je ne retournerai jamais dans ce pays qui n'est plus mien. Petit à petit l'oubli prend sa place et efface un temps qui n'est plus. Je ne souhaite à quiconque de laissé derrière soi un pays, une vie, des moments magiques pour une forme de néant . La génération des parents s'est éteinte et ne reste aujourd'hui, en partie, que celle des enfants né là-bas . Quelle absurdité ! Albert Camus qui habite de façon permanente ma bibliothèque avait compris ce pays dont il n'a, he ureusement,pas su l'évolution néfaste. A tous ceux qui ont laissé un bout de leur âme , là-bas .

Rouah

29/05/2019 16:20:18

Sur : Histoire de la communauté juive d'Oran

Né à Oran en 1938 et parti de ma ville natale le 21 juin 1962, je suis le descendant des juifs de Tétouan dont la tradition orale de la famille disait que ces juifs de Tétouan étaient les descendants des juifs de Cordoue. La perte de l'Algérie et de ma ville d'Oran reste l'évènement le plus douloureux de ma vie, blessure jamais effacée. J'ai suivi les cours d'hébreu à l'Alliance Universelle rue du camp saint Philippe, ma Bar Mitsvah à la synagogue Benhamou rue des juifs et je me suis marié à la Grande Synagogue d'Oran. Je salue à travers votre site tous les juifs d'Oran qui m'ont apporté, mieux que les instances laîques les vertus morales qui ont guidé ma vie

  • Armelle Guibert
  • 21/01/2019 09:44:33
  •  

Sur : COMMUNAUTE D'ORAN 15

J’ai quitté Oran,le 11 juin 1961 à 16 ans , seule. Mes parents m’envoyaient en pension à Montpellier. Je pensais que c’etait Juste pour l’annee Scolaire. Et je n’y suis jamais retournée. Je ne m’en suis jamais remise. En 2006, j’ai eu le courage d’y retourner. Mélange de joies et de tristesse pour ce qui ne sera jamais plus. Je pense que je n’y retournerai plus même si je suis contente de l’avoir fait. Notre beau pays n’existe plus. Il y a trop d’absents... Blessure profonde qui ne guérira jamais. Notre vie est en France, ou ce qu’il en reste encore.
J’ecris Ce message pour essayer de retrouver 2 camarades de classe. Une Annie Herry avec qui j’etais Au Collège de jeunes filles d’Oran, Ali Chekkal. Elle était fille d’officier de la Marine , c’etait Une patos comme on disait. L’autre, s’appelait Nicole Benzakin, nous étions ensemble au cours Benichou, rue Cavaignac à Oran. J’ai eu beau chercher, aucune traces d’elles.
Merci, à celle où celui qui pourraient m’aider.
Moi, j’etais De Gambetta et j’habitais au 79 avenue Guynemer. Mon père était boulanger. La boulangerie existait toujours en 2006, mais dans quel état...j’y ai reçu un accueil très chaleureux et comble de l’ironie, le boulanger n’arretait Pas de me dire: rentres, viens revoir la maison, fais comme chez toi! J’avais envie de hurler : c’est chez moi! . Le pire c’est quand j’ai retrouvé la maison de mes grands parents à Assi Ben Okba, construite par mon arrière grand père et agrandie par mon grand-père et mon père. Toujours le même accueil chaleureux et tu es chez toi... non, le pire du pire, c’est à la Fontaine des gazelles’ juste après Arzew. J’ai retrouvé la magnifique villa les Roches Rouges qui était avant seule sur un rocher , face au phare et qui appartenait à la famille Roussel, dont le fils Christian Roussel, mon jeune beau-frère de 25 ans a été tué par les fellaghas. Sur les pylônes de l’entree Il y avait encore les inscriptions « les Roches Rouges » et de l’autre côté : «  Armand Roussel ». Et toujours, ce même état de délabrement, rien d’entretenu, pourtant habité. Les souvenirs remontent comme un coup de poing. Je suis rentrée de ce voyage aneantie, j’ai perdu mon pays une 2ème fois, mais cette fois la boucle était bouclée. C est vraiment finie.ça fait mal quand même...

 

Serge SAUMONT GUILLO
28/02/2018 17:07:39
 

Sur : ALGERIE LES TRANSPORTS D'ANTAN 86

En regardant le reportage je suis tombé sur la photo prise en 1947 du junker 52 a Maison blanche . Je suis né en juin 1946 a Maison carrée et j'avais moins d'un an lorsque j'ai pris mon baptême de l'air dans cet avion faisant l'aller retour Alger / Perpignan lors d'un essai . Dans la cabine de pilotage il y avait mon père au poste du radio navigant et dans la carlingue ma mère et moi ( j'ai une photo prise par mon père a l'arrivée a Perpignan ou je suis dans ses bras de ma mère au pied de la passerelle ) . Voir ce "JU"52 m'a ramené à l'époque où mes parents étaient jeunes mariés a Maison banche ou vivaient mes grands- parents . Merci pour ce retour là-bas .

MARTINE MARTIN
30/12/2017 14:04:19
 

 

 

Sur : CONSTANTINE 20

bonjour à tous

que d'émotion en "dénichant" par hasard ce site ! je ne suis ni pied-noir ni juive mais mon père était militaire, et nous avons habité la cité militaire Weygand à sidi mabrouk de 58 à 62 donc entre 7 et 11 ans ! et que de souvenirs car ce sont des périodes riches en émotions de toutes sortes !
si d'autres enfants de militaires (ou pas) ont habité cette cité comme ce serait merveilleux d'échanger nos souvenirs et mettre des noms sur les écoles par exemple impossible de me souvenir du nom de mon école mais je me souviens de l'épicerie de Bouzid avec ses glaces creponnées (?) le restaurant "au bon repos" en ville la patisserie "le poussin bleu" rue caraman il me semble merci pour ce site qui nous fait revivre une partie de notre belle enfance dans ce pays si beau (martine.martin23@gmail.com)

 

ATTLAN Alain
24/10/2017 14:01:03
 
 

 

 

Sur : CONSTANTINE 1

J'ai pleuré en regardant toutes ces photos. Je ne remercierai jamais assez ce site de mémoire vive. Comment raconter à nos enfants et petits-enfants cette ville sauvage et bouleversante qu'a été le Constantine de l'époque? Comment parler de notre vie , de notre jeunesse, de nos rires, de nos colères, de nos peines et de ce passé si riche ? Nous avons enfoui tout cela dans nos coeurs de déracinés transplantés dans cette France aux multiples visages. C'est cela notre héritage que nous voulions occulter par pudeur . Amis où êtes-vous ?

 

Benhamou epouse benayoun
21/10/2017 19:36:17
 

 

 

Sur : Une enfance dans la guerre Algerie 1954-1962

Suite a l'article de Leila Sebbar( les sept morts de Nedroma).sont,
Mon pere, ma mere,mes deux soeurs,mon frere,mon oncle,un ami de la famille.
Je suis la seule rescapee.J'avais quatorze ans.
Je n'ai pas assisté a l'enterrement.
Je ne sait pas ou ils sont enterrés dans le cimetiere juif de Nedroma.
Je n'ai pas de photo de leur tombe.
Existe t-il encore le cimetière?
Merci pour les renseignememts que je pourrais obtenir

Dorsey
05/10/2017 10:24:13
t

 

 

Sur : MUSIQUE

LE MALOUF de Cheikh Raymond Leyris ( 1915-1961). On peut donc dire que le malouf est un héritage direct de la musique de l’Andalousie médiévale. Fidélité au patrimoine musical qui s’est enrichi dans l’Andalousie, du VIIIe au XVe siècles, dans les cours royales, les cénacles intellectuels et les jardins des délices, à Grenade, Cordoue, Séville, mêlant musulmans et juifs, dans la célébration de l’amour courtois et de l’élan vers Dieu. Avec l’expulsion d’Espagne, en 1492, des musulmans et des juifs, s’est fermée une page, dont les échos cependant perdurent dans l’Ibérie d’aujourd’hui. Mais, peut-on dors et déjà affirmer que Le malouf du Rhumel est l’héritier direct du répertoire musical que musulmans et juifs ont élaboré dans l’Andalousie médiévale ? Répondre à cette question requiert une assez profonde recherche dans l’histoire de la musique andalouse. C’est ce qu’a fait l‘écrivain algérien Youcef Dris dans un livre publié cette semaine aux édition « Edilivre » en suivant ce lien:
https://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/863098/s/le-malouf-la-plus-belle-passerelle-sur-le-rhumel-youcef-dris/#.WdeGIztpGM8

 

Vous êtes le 1313313ème visiteur

Date de dernière mise à jour : 17/09/2020