Histoire de la communauté juive d'Oran

Histoire de la communauté juive d'Oran

Haim F. Ghiuzeli

Traduit de l’anglais par Jacques Karoubi © 2015

Avec un port  l’ouvrant sur la Méditerranée, Oran est la deuxième ville d’Algérie et un centre commercial et industriel important. Wahran appelé (également orthographié Ouahran) en arabe, Oran est situé en Algérie occidentale près de la frontière avec le Maroc en un point où l'Algérie est le plus proche de la côte espagnole. Fondée au 10ème siècle par les marchands andalous, Oran a été incorporée dans le royaume de Tlemcen et a constitué son principal port maritime après 1437.

Les dirigeants Beni Zian de Tlemcen, à la différence des Almohades qui les ont précédés, ont adopté une attitude plus favorable envers les Juifs et les ont invités à s'installer dans leur royaume probablement déjà au cours du début du 14ème siècle. Cependant, la première mention d'une communauté juive à Oran date de 1391, lorsque les réfugiés juifs sont arrivés dans la ville ayant échappé aux persécutions anti-juives en Espagne. Une discussion sur les coutumes des Juifs locaux est l'un des sujets de la correspondance menée par Rabbi Amram ben Merrovas Ephrati de Valence, qui s’est installé à Oran, avec bar Rabbi Yitzhak Sheshet (Ribash) (1326 au 1408) et Rabbi Shimon ben Sémach Duran (Rashbatz) (1361 au 1442), tous  deux réfugiés espagnols de Barcelone et Majorque et  qui eux se déplacèrent vers Alger.

 La population juive d'Oran a augmenté vers la fin du 15e siècle, avec l'arrivée d'immigrants venant d 'Espagne. En 1492 et à nouveau en 1502 Oran a reçu des groupes de réfugiés espagnols, à la fois  juifs et musulmans, fuyant la conversion forcée au christianisme.

En 1509, Oran a été conquise  par l'Espagne à l’issue d’une campagne militaire lancée à l'initiative du cardinal Ximenes (Jimenes) de Cisneros (1436-1517), archevêque de Tolède. Bien que l'intention première des troupes espagnoles fusse d'expulser les juifs de la ville, quelques familles ont  été autorisées a vivre  dans la région peu de temps après la conquete. Oran est restée sous domination espagnole pendant la plus grande partie  des trois siècles suivants. Alors qu'en Espagne et ses colonies il y avait une interdiction totale de la présence de  juifs et crypto-juifs qui étaient persécutés par l'Inquisition, à Oran les monarques espagnols toléraient pendant la plus grande partie  des 16 e et 17 e siècles, l'existence d'une petite mais influente communauté juive.

Ainsi, la petite enclave espagnole d'Oran avec la proximité du port de Mers el-Kébir est restée le seul endroit où l'ancienne cohabitation  espagnole de chrétiens, musulmans et juifs a continué encore pendant  un autre siècle et demi. Une liste de 1530 mentionne environ cent vingt cinq Juifs d'Oran qui beneficiaient de la protection du roi d'Espagne et une autre soixante-douze Juifs qui vivaient dans la région et qui ne jouissent pas du même statut juridique. D’autres listes de 1591 et 1613 mentionnent entre cent vingt cinq et deux cent soixante dix sept Juifs. La population juive est restée dans ces mêmes limites pendant la plus grande partie de la première moitié du 17e siècle, y compris un certain nombre de «étrangers» (forasteros) Juifs qui ont été autorisés à résider sur le territoire espagnol.

Les Juifs d'Oran ont vécu dans un quartier distinct de la ville où ils avaient une synagogue et  ils ont continué la pratique du judaïsme ouvertement. Ils ont également maintenu des relations avec d'autres communautés juives d'Afrique du Nord et autour de la Méditerranée. Ces relations favorisées par la  connaissance des deux langues anglaise, arabe ont constitué un atout important qui a contribué au succès commercial des Juifs d'Oran. Leur contribution à l'économie locale en tant qu’ agents médiateurs entre l'enclave espagnole et l'arrière-pays musulman leur a assuré la protection des autorités royales contre l'Inquisition. Une grande partie de la puissance économique et politique de la communauté juive a été concentrée dans les mains de quelques familles dominantes. Elle comprenaient la famille Bensemero (également orthographié Benzemero, Bencemerro ou Zamirrou), et surtout la famille Cansino, originaire de Séville, qui faisait partie des habitants d'Oran, lorsque la ville fut capturée par les Espagnols en 1509, et la famille Sasportas qui serait venus à Oran depuis Barcelone. Bien que des mariages existaient entre elles, , les familles Cansino et les familles Sasportas  sont restées dans  une forte rivalité pendant des  générations; ce conflit a attiré l'attention des autorités espagnoles et a probablement contribué à leur décision d'expulser la communauté juive d'Oran.

En 1669, l'Espagnole Maria Reine d'Autriche a décidé d'expulser tous les Juifs d'Oran et ses environs. La population juive, estimée à environ 450 personnes, a reçu huit jours pour quitter la ville. Ils furent donc  conduits à traverser la Méditerranée pour Nice, alors sous le contrôle des ducs de Savoie. De là, certains ont continué vers  Livourne, en Italie, où ils ont rejoint la communauté juive locale. La synagogue d'Oran a été transformée  en une église. Les Juifs ne purent  revenir à Oran qu’en  1708, quand les musulmans dirigés par le Bey de Mascara, Mustapha Ben Youssef, également connu sous le nom Bou Shlahem prirent  la ville. Quand la domination espagnole a été rétablie à Oran en 1732 ,il semble que certaines personnes juives aient t été autorisés de temps à autre à entrer à Oran et même  à y séjourner.

Dans la nuit du 8/9 Octobre 1790, Oran a été détruite par un tremblement de terre catastrophique qui a causé des milliers de victimes. Les Espagnols ne se  sont pas intéressés à la reconstruction de la ville et deux ans plus tard, l'Espagne a abandonné Oran et l'a cédée à Mohammed el Kebir, le bey d'Alger. La ville a encore souffert d’avantage quand la population restante a été décimée par une épidémie de peste en 1794.

Après la restauration de la gouvernance musulmane sur Oran, les Juifs de la ville voisine de Tlemcen, ainsi que de Mostaganem, Mascara, et Nedroma  ont répondu à l'invitation du Bey d'Alger et se sont installés à Oran. La communauté juive émergente construisit  un quartier de la ville près de Ras el-Ain et obtint  des terres pour un cimetière dans le quartier de Sidi Shaaban. Les droits de la communauté juive sont détaillés dans un accord de 1801 qui mentionne également les noms de ses dirigeants: Ald Jacob, Jonas ben David, et Amram. A la meme époque,le  rabbin Mordechai (Mardochée) Darmon (c.1740-c.1810), originaire  de la communauté juive de Mascara, est devenu le mokdem ("président") de la communauté locale. En outre, Mordechai Darmon a joué un rôle important comme conseiller du bey (gouverneur turc) de Mascara et du bey d'Alger. Il a fait construite la synagogue qui plus tard a été appelé de son nom et il fut l'auteur de « Maamar Mordechai » ("énonciations de Mordechai"), un commentaire biblique publié à Livourne en 1787. Durant les premières années du 19ème siècle, la population juive d'Oran s’est developée avec l'arrivée dans la ville de Juifs en provenance  d'autres villes d’ Algérie et du  Maroc, qui ont été attirés par les nouvelles opportunités commerciales entre Oran et les ports de la péninsule ibérique - Gibraltar, Malaga, Almeria, ainsi que l'Italie et le sud de la France.

La communauté juive était gouvernée par un mokdem (ou mukkadem, un terme qui a été parfois compris comme étant l'équivalent du titre hébreu de naguid, chef de la communauté juive) qui était assisté par un conseil appelé en hébreu «tovey Hair ». Le mokdem était nommé par le bey et sa tâche principale était de représenter les intérêts de la communauté juive dans ses relations avec les autorités turques. Le mokdem était responsable du paiement des taxes par la communauté juive et il jouissait d'une autorité étendue sur la communauté. Il nommait  les autres membres de la direction de la communauté, contrôlait leurs activités, et soulevait  de nouvelles taxes. Le mokdem était assisté par un cheikh dont l'autorité était limitée; sa principale prérogative était de faire en sorte que les décisions du mokdem et des autres dirigeants de la communauté soient mises en œuvre et respectées et que les membres de la communauté gardent leurs devoirs religieux et sociaux. Tous les différends entre les membres de la communauté, y compris les mariages et le divorce, étaient réglés par le dayanim (des juges religieux), à l'exception des questions ou différends pénaux entre les juifs et les musulmans, qui étéaient reglés par un cadi (juge musulman).

La sécurité de la communauté juive à Oran a parfois été menacée par des rivalités politiques entre les dirigeants musulmans locaux et les autorités turques centrales à Alger, et par l'interférence croissante des puissances européennes, en particulier la France. En 1805, de nombreux juifs d'Oran ont fui à Alger craignant les séquelles d'une rébellion locale. En 1813, certains Juifs qui avaient pris le parti d’un bey pro-français local, et qui se sont rebellés, ont été exécutés et d'autres familles ont été expulsées de Médée, quand Oran est revenu sous l’autorité  centrale turque. En Juillet 1830 Oran a été sécurisé par les troupes françaises qui ont empêché un plan turc de massacre et d’expulsion de la population juive locale. L'événement, qui a été appelé plus tard le Pourim d’ Oran,  a inspiré le piyyut Mi kamokha ("Qui est comme toi?») à Rabbi Messaoud Darmon (d.1866), petit-fils de rabbin Mordechai Darmon. La communauté juive d'Oran commémorait  le pourim d’Oran en lisant le piyyut dans les synagogues de la ville chaque année le Chabbat avant le 9 Av.

Au moment de l'entrée française à Oran en 1831, la grande majorité de la population de la ville était juive. Selon un recensement effectué par les Français, il y avait environ 2.800 Juifs à Oran, bien plus que les chrétiens et les musulmans locaux qui, ensemble, atteignaient environ 1.000 habitants. Sous la domination française qui a duré jusqu'à l'indépendance de l'Algérie en 1962, Oran devint  un port moderne et la ville stratégique adjacente de Mers el-Kébir une importante base navale.

L'administration française a aboli l'ancien système de gouvernement de la communauté et à la place du système français de consistoire a été introduit. La communauté juive a été gouverné par un Grand Rabbin et un président. Un Beth Din (tribunal religieux juif) a été créé par les Français en 1836; il a fonctionné pendant cinq ans sous la présidence de Rabbi Messaoud Darmon avant qu'il  ne soit aboli par les autorités françaises. Messaoud Darmon devint grand Rabin d'Oran en 1844 et conserva ce titre jusqu'à sa mort en 1866. La tradition religieuse d'Oran est exprimée dans son propre ma'hzor (livre de prières): Mahzor Wahran.

Après 1860, le nombre de Juifs à Oran a augmenté avec l'arrivée de nouveaux colons juifs, principalement des refugiés de Tétouan au Maroc qui ont fui les ravages de la guerre hispano-marocaine de 1859 à 1860. Pendant le milieu du 19ème siècle, il y avait environ 5.000 Juifs à Oran.

 La communauté était administrée par un consistoire qui comprenait  un président et dix membres élus par les notables locaux. Les fonctions religieuses étaient effectuées par un Grand Rabbin. Un rapport de 1850 mentionne seize autres rabbins, trois dayanim, et trois shochtim (boucheries rituelles). Pendant le milieu du 19ème siècle, il y avait dix-sept synagogues à Oran; parmi elles, une seule appartenait à la communauté, tandis que les autres étaient des fondations privées gérées par les descendants du donnateur qui décidait  qui pouvait y pénétrer .

La communauté était  administrée par un certain nombre de comités chargés de collecter de l'argent pour l'entretien du Talmud Torah et pour  l'assistance aux membres nécessiteux de la communauté. Une organisation Gemiluth Hassadim séparée était en charge des funérailles et aidait les membres de la famille au cours de la période de deuil. Un des comités était dirigé par un rabbin qui était en charge de l'éducation locale. Il y avait environ douze écoles traditionnelles auxquelles participaient environ 550 étudiants. La première école française a été ouverte en 1849 et pendant le milieu du 19ème siècle elle a attiré environ 100 étudiants.

 Les débuts de la presse juive à Oran sont le résultat des efforts de Elie Karsenty qui a commencé la publication de l'hebdomadaire « La jeunesse israélite » en français et en hébreu suivi par « Magid misharim, » un hebdomadaire judéo-arabe. Moise Setrouk était le directeur de « La Voix d'Israël », le bulletin mensuel officiel de l'Association Culturelle Israélite du département d'Oran.

Un changement majeur dans le statut juridique des Juifs d'Oran, et même des autres communautés juives de l'Algérie, résulte de la mise en œuvre de la loi du 24 Octobre 1870, généralement connu comme le décret Crémieux d’après Adolphe Crémieux (1796-1880) , le ministre français de la Justice juif de l'époque. Le décret Crémieux a accordé la pleine citoyenneté française à tous les habitants juifs d'Algérie. Quatre ans plus tard, la loi a été restreinte aux seuls Juifs qui qu'eux-mêmes ou leurs parents étaient nés en Algérie avant la conquête française de 1830. La citoyenneté française a donné à tous les hommes juifs le droit de participer aux élections municipales locales. Compte tenu du pourcentage élevé de Juifs dans la population générale d'Oran et de sa région, la citoyenneté française nouvellement acquise a transformé les Juifs en une force électorale importante. Leur impact électoral était d’autant plus fort que généralement ils ont voté de façon homogène sur les instructions de leurs dirigeants, comme Simon Kanoui (d.1915), président du Consistoire d'Oran depuis de nombreuses années et parfois surnommé le "Rotschild d'Oran", qui a déclaré publiquement à plusieurs  reprises que personne ne serait élu maire d'Oran sans son soutien.

Au cours de la seconde moitié du 19e siècle, la population juive d'Oran était composée d'un certain nombre de groupes distincts. La majorité était des descendants des premiers colons venus de Mostaganem, Mascara, Nedrona et Tlemcen. Avec le groupe constitué d'immigrants ultérieurs d'Alger, les villages de la région du Rif et les villes de Oujda, Dedbou et les oasis de Figuig et de Tafilalet, ils étaient connus comme les «Juifs d'Oran". Ils se sont distingués dans le groupe des immigrants de Tétouan et surtout d'autres Juifs qui sont arrivés à Oran depuis la France et d'autres pays d'Europe.

Les Juifs d'Oran parlaient une variété de langues: ceux d'origine algérienne a continué à utiliser les dialectes locaux de judéo-arabe; Tetuani, le nom du dialecte de Hakitia Oran, la version nord-africaine du ladino, parlé principalement par des immigrants de Tétouan, mais la grande majorité des Juifs ont progressivement adopté la langue française.

 La construction de la Grande Synagogue a commencé en 1880 à l'initiative de Simon Kanoui, mais son inauguration a eu lieu seulement en 1918. Aussi connu comme le Temple israélite, il était situé sur l'ancien boulevard Joffre, actuellement Boulevard Maata Mohamed El Habib. L'éducation religieuse a été dispensée par une Beth Midrash locale. Au début des années 1900 la yeshiva Vezot LeYehudah a été fondée à Oran avec l'aide de Yehudah Hassan et de Simon Kanaoui. Elle  a continué à fonctionner dans la première moitié du 20e siècle, sous la direction de Rabbi David Cohen-Scali (1861-1947) et a été suivie par d'autres rabbins d'Oran.

La structure professionnelle de la population juive d'Oran a progressivement changé à partir de la fin du 19ème siècle. Si en 1900, la majorité des Juifs étaient encore artisans traditionnels - tailleurs, orfèvres, cordonniers, boulangers, ébénistes - et ouvriers non qualifiés, plus tard au cours de la première moitié du 20e siècle à la suite d'une meilleure éducation beaucoup sont entrés dans les professions libérales. Il y avait aussi des femmes qui travaillaient à l'extérieur la maison comme les couturières, les travailleurs domestiques, et dactylographes. Il est à noter que les premières vignes dans le quartier d'Oran ont été plantées dans des propriété de Juifs.Les  Juifs étaient majoritaires  parmi les commerçants de la ville et negociaient une grande variété de marchandises. Un certain nombre de notables juifs d'Oran a continué les liens commerciaux établis depuis longtemps par leurs ancêtres avec les pays voisins et beaucoup se sont spécialisés dans l'exportation de céréales et de bétail vers les ports espagnols de Malaga, Carthagène, et Algésiras ainsi que la Colombie- colonie de Gibraltar et vers la France.

Déjà pendant le milieu du 19ème siècle, une atmosphère anti-juive s’était developpée à Oran..Les vieux partis- pris anti-juifs importés à Oran par les colons catholiques d 'Espagne et de France ont été souvent exploités par les politiciens locaux. La première organisation anti-juive a été fondée en Juillet 1871, une réaction directe à l'octroi de la citoyenneté française aux juifs. Précédés par près de deux décennies, d’ attaques anti-juives dans la presse locale et même des violences physiques,anti-juives, des émeutes survinrent, exacerbées par l'éclatement de l'affaire Dreyfus. La campagne anti-juive avait de nombreux partisans en Algérie, notamment à Oran, et elle a causé une aggravation du sentiment anti-juif répandu chez de nombreux colons européens en Algérie.Des émeutes anti-juives ont éclaté à Oran en 1897 après la victoire électorale du « parti français ». En mai 1897, le quartier juif et de nombreux magasins juifs ont été attaqués par deux colons européens et les musulmans locaux. Plusieurs policiers juifs ont été licenciés et les patients juifs ont été expulsés des hôpitaux publics. Toutefois, les autorités françaises ont refusé d'annuler le décret Crémieux qui était la principale demande des partis et des organisations anti-juives. L'incitation anti-juive a diminué après 1902, lorsque le parti anti-juive radical a perdu les élections municipales, mais Oran est restée un bastion majeur de l'antisémitisme en Afrique du Nord.

Bien que le soutien juif massif à participation à la 1ère guerre mondiale ait contribué à calmer les attaques contre les Juifs, celles-ci ont recommencé dans les années 1920 et ont empiré dans la fin des années 1930. En 1936, il y a eu de nouvelles attaques violentes contre les Juifs à Oran et dans tout le  département. Quand la France a été vaincue par l'Allemagne en Juin 1940, l’Algérie a été maintenue sous la juridiction du gouvernement de Vichy pro-nazi. L'introduction de la législation antisémite a suivi peu de temps  après : en Octobre 1940, le décret Crémieux a été révoqué et les Juifs d'Algérie ont perdu leur citoyenneté française. En Mars 1941, les lois raciales du gouvernement de Vichy ont commencé à être mis en œuvre en Algérie. Les Juifs ont été expulsés de toutes les organisations et associations; ils se sont vu refuser l'exercice des professions libérales - médecins, avocats, agents immobiliers, agents d'assurance, des infirmières, des chimistes, des enseignants et des éducateurs.Les Juifs n’ont été autorisés à enseigner que dans les établissements d'enseignement juifs, comme Alliance Israélite Universelle. Les enfants juifs ont été expulsés des écoles élémentaires et secondaires, et le numeris-clausus  d'étudiants juifs a été mis en place à trois pour cent. Certains Juifs, surtout les jeunes étudiants, ont  rejoint la résistance anti-fasciste.

En 1942, la communauté juive d'Oran a abrité un groupe de 150 juifs de Libye qui avaient été déportés par les autorités fascistes italiennes. Le débarquement des troupes américaines en Novembre 1942 à Oran, l'un des principaux objectifs de l'invasion alliée de l'Afrique du Nord, a mis fin aux persécutions anti-juives. Bien que les lois racistes aient été annulées relativement rapidement, la nomination en tant que gouverneur de l'Algérie de Marcel Peyrouton, un ancien ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de Vichy et signataire des lois anti-juives de 1940, a retardé la restauration des droits civiques de les Juifs. Le décret Crémieux a été réintroduit seulement un an plus tard, en octobre 1943, lorsque Charles de Gaulle a pris le contrôle de l'Algérie et après l'intervention directe de l'administration américaine. Certains Juifs ont rejoint les armées alliées, en particulier les unités militaires de la France libre et ont participé à l'invasion de la Corse puis du sud de la France, à Toulon, ainsi qu’à la campagne d’ Italie.

Les années qui suivirent la deuxième guerre mondiale virent la cassure de la lutte pour l'indépendance algérienne. Après 1954, le conflit entre la population musulmane de l'Algérie et les colons européens s’est transformé en une lutte de plus en plus violente. Les Juifs se sont efforcés de rester neutres, autant que possible, mais bientôt ils ont été trop empêtrés dans la guerre en devenanr des cibles à la fois pour les indépendentistes algériens  et les nationalistes français. Oran, qui dans les premières années 1950 avait une population en majorité européenne, a été épargnée pendant un certain temps de la violence. La communauté juive de la ville de près de trente mille personnes a poursuivi sa vie régulière, mais en Février 1956 des  émeutiers ont attaqué des biens juifs. La gravité des attaques a augmenté rapidement, et en peu de temps des pertes humaines  furent comptées parmi les habitants juifs d'Oran. Les années suivantes ont été marquées par une détérioration progressive de la situation en matière de sécurité qui a continué à empirer à la fin de 1960, lorsque le cimetière juif d'Oran a été profané.

Au début des années 1960, on a assisté à une forte diminution du nombre d'habitants juifs d'Oran. Selon les accords d'Evian qui mirent fin à la guerre d'Algérie, les Juifs furent considérés comme des colons européens. La législation adoptée par l'Algérie nouvellement indépendante a accordé la citoyenneté algérienne uniquement aux résidents dont le père ou grand-père paternel étaient musulmans. En outre, la Cour suprême de justice de l'Algérie a déclaré que les Juifs n’étaient plus sous la protection de la loi. Les grands massacres contre la population européenne en juillet 1962 ont provoqué l'exode immédiat de la communauté juive d'Oran durant les mois suivants. En 1963, un an après que l'Algérie a obtenu son indépendance de la France, il ne restait plus que 850 Juifs à Oran. En Février 1964, une Assemblée générale des Communautés juives de l'Algérie a eu lieu à Oran. L'aggravation de la situation économique provoquée par le boycott et d'autres discriminations anti-juives s’est encore renforcée en fin des années 1960. Le départ des quelques juifs restés à Oran a continué tout au long de la décennie avec moins de 400 residants encore dans la ville en 1968. La grande majorité a émigré en France ,leur deuxième destination principale étant Israël. La Grande synagogue a été transformée en mosquée en 1975. Au début des années 2000, il ne restait plus  de Juifs vivant à Oran.

Bibliographie

  • Ayoun, Richard. Problématique des  internes de la Communauté juive; Simon Kanoui, présidconflitsent du Consistoire israélite d'Oran. Congrès mondial des études juives. Jérusalem, 9, B3 (1986): 75-82
  • ISRAEL, Jonathan Irvine. Les Juifs de l'espagnol Oran et leur expulsion en 1669. Revue chronologique de la Méditerranée, 9,2 (1994): 235-255
  • NAHON, Gérard. Le Consistoire Israélite d'Oran et le décret du 16 septembre 1867; documents et correspondances. Michael, 5 (1978): 98-129
  • SCHAUB, Jean-Frédéric. Les Juifs du Roi d'Espagne. Pp. 240. Paris: Hachette 1999
  • Schwarzfuchs, Simon. Les Juifs d'Algérie et la France (de 1830 à 1855). Pp. lv, 400. Jérusalem: Institut Ben Zvi, 1981

La grande synagogue d oran 1956

La Grande Synagogue d'Oran, 1956. Photo: Dr Noah Aminoah Beit Hatfutsot, le Centre de documentation visuelle. Courtoisie du Dr Noah Aminoah, Israël

La famille rouche celebre le seder de pessah

La famille Rouche célébre le Seder de Pessah,
Oran, 1930. Beit Hatfutsot, Centre de documentation visuelle.
Courtoisie de Jacques Assouline, Israël

Les enseignants et rabbins de l ecole heitz haim

Les enseignants et les rabbins de l'école Etz Haim, Oran 1927.
Beit Hatfutsot, le Centre de documentation visuelle. Courtoisie
d'Amnon Haviv, Israël

Rabbi david ashkenazi 1898 1983 donnant un sermon dans la grande synagogue d oran

Rabbi David Ashkenazi (1898-1983) donnant un sermon dans la Grande Synagogue d'Oran, 1957. Beit Hatfutsot, à la documentation Visual
Center. Courtoisie du Dr Noah Aminoah, Israël

Les membres de la habonim mouvement de jeunesse sioniste celebrant jour de l independance d israel

Les membres de la «Habonim" mouvement de jeunesse sioniste célébrant Jour de l'Indépendance d'Israël. Oran, 1959. Beit Hatfutsot, Centre de documentation visuelle. Courtoisie du Dr Noah Aminoah, Israël

 

Commentaires (1)

manueldefreitas
  • 1. manueldefreitas | 07/07/2016

je suis peiné pour les juifs du monde pourquoi il est tand difficile de se convertir au judaisme

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 31/10/2015