Commentaires et Témoignages sur André Achiary

Déposez ici vos commentaires et témoignages sur André Achiary
Si vous possedez des photos, vous pouvez nous les envoyer par  e.mail en pièce jointe à contact@judaicalgeria.com
 
Policiers dans la resistance 1
Policiers dans la resistance 2Policiers dans la resistance 3Policiers dans la resistance 4
Policiers dans la resistance 5
 
***
Temoignage sur leon achiari
 
Temoignage sur Leon ACHIARY (cité plus bas dans le commentaire de lucien Gozlan) franc-macon dans la region de Toulouse dans la Mouvement de resistance Patriam Recuperare .

Commentaires (1)

Gozlan Lucien
  • 1. Gozlan Lucien | 04/04/2016

Voici le parcours de la famille du commissaire Andre ACHIARY.

LES ÉPOUX ACHIARY, UNIS DANS LA RÉSISTANCE
Des militants socialistes.
Peu de temps avant la guerre, Léon et Henriette Achiary s’installent à Toulouse. Léon
est un enseignant à la retraite et bénévole à la Maison de la Mutualité, rue de Metz. Le
couple fait partie des premiers résistants, refusant la défaite et le gouvernement de
Vichy. Début 1941, Léon entre en contact avec Eugène Thomas pour implanter le parti
socialiste clandestin et il prend la tête de la section toulousaine. Sa femme s’engage à
ses côtés l’aidant dans la diffusion du journal Le Populaire et dans la gestion de filières
d’évasion par les Pyrénées. De plus, les époux Achiary sont membres du réseau
« Brutus ». Ils participent à réunir des renseignements pour Londres. Avec Lucien
Béret, leur ami employé au bureau de tri de la gare de Toulouse, ils parviennent à
intercepter le courrier et alerter des personnes menacées d’arrestations.
L’arrestation du 8 octobre 1943.
Suite à la dénonciation d’un traître infiltré dans le réseau, le 8 octobre 1943, la
Gestapo arrête Béret. Les Achiary échappent de justesse aux nazis grâce à un
heureux concours de circonstances qui leur permet de s’enfuir de leur domicile.
Contraints d’entrer dans la clandestinité, le couple quitte Toulouse pour Paris et
reprend ses actions dans la Résistance. Mais le 5 juillet 1944, en pleine nuit, nouvelle
arrestation. Henriette retient les policiers à la porte pendant que Léon s’échappe par
les toits. L’état de santé de sa femme (elle est atteinte d’une déficience pulmonaire) ne
lui permet pas de le suivre. Léon revient à Toulouse après la Libération et meurt en
1973 sans avoir jamais revu son épouse.
Qu’est devenue Henriette ?
On ne sait pas réellement ce qui est arrivé à Henriette après son arrestation. Pour son
mari, il est évident que la Gestapo l’a supprimé le jour même parce qu’elle n’a pas
parlé. Elle qui était sa plus proche collaboratrice connaissait tout de ses activités, des
personnes avec qui il était en contact. Or, son arrestation n’a pas eu d’importantes
répercussions.
« Elle a donc eu assez de force morale pour se taire malgré
le risque qu’elle courait, qu’elle connaissait et qu’elle avait,
38 d’avance, accepté. » Léon Achiary.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/10/2016