L'esprit du judaisme

L’esprit du Judaïsme,
Par Bernard-Henri Lévy, Éd. Grasset,  3 fevrier 2016
448 pages -

L esprit du judaisme

Pourquoi les Juifs sont à jamais glorieux.
Où est Ninive aujourd’hui – et que s’y passe-t-il vraiment ?
Proust et le Zohar, Claudel et le Livre d’Isaïe.
Vivons-nous, ou non, le retour des années 1930 ?
Pourquoi il n’est pas demandé de croire, mais de savoir.
Comment le Royaume des Hébreux a inspiré l’idée française de République – et quand ce fait a été occulté.
Lacan et la Kabbale.
Ce qu’Auschwitz eut d’unique.
Quand un talmudiste invente la langue française.
Pourquoi l’antisionisme est le masque de l’antisémitisme de masse.
Alexandre Kojève et le prophète Jonas.
A quand un Talmud musulman ?
Une conversation avec Romain Gary, une confidence de Michel Foucault.
Partir ou rester ?
Le sable contre la terre.
Solal le fort, et sa couronne de carton.
Qu’est-ce qu’un « Peuple Élu »?
Quand Louis Althusser jetait les bases de la grande alliance judéo-catholique.
Ce que veut dire « être Juif ».
Itinéraire personnel, familial, intellectuel, d’un philosophe qui, trente-sept ans après Le Testament de Dieu, donne L’Esprit du Judaïsme.

 

Philosophe, écrivain, Bernard-Henri Lévy a écrit, en 1979, au tout début de sa carrière, Le Testament de Dieu. Il n’a cessé, depuis, de se référer à ce judaïsme d’affirmation dont il avait, alors, posé les bases. Mais il n’avait jamais donné de suite à ce livre fondateur – pour sa génération et pour lui-même. 

 

Extrait de l'analyse de Sarah Cattan dans Tribune Juive :

Bernard-Henri Lévy, le philosophe qu’à Paris on aime détester, le dénonciateur de La Barbarie à visage humain, publie  trente-sept ans après Le Testament de Dieu, L’Esprit du Judaïsme, ouvrage ambitieux qui propose d’emblée au lecteur de réapprendre le temps long en l’embarquant dans l’inactualité.

L’Esprit du Judaïsme, que nous qualifions sans hésitation d’œuvre majeure du philosophe, s’ouvre sur un Rothko flamboyant, ces tableaux étant des temples au sens juif de lieu de méditation et de prière où s’interrompt le tumulte de l’Histoire, confiait BHL en 2013 dans le catalogue de l’Exposition Maeght dont il fut le Commissaire.

Le plus parisien des philosophes, une des personnalités françaises les plus en vue et les plus controversées, consacre une première partie à La gloire des juifs : il s’attache ici à poser le Judaïsme comme principe d’émancipation par l’altérité, il rappelle cette responsabilité pour le monde, ce rapport à l’autre et au dehors constitutifs de l’Être Juif.

Se livrant à une analyse exhaustive et lucide de l’aventure de la pensée juive, il convoque ses maîtres, Lévinas et Rosenzweig, et ses amis, Benny Lévy ou Albert Cohen, fondateurs d’un Judaïsme debout, fort et apaisé, et propose la perspective d’une espérance audacieuse, alors même qu’il vient de nous décrire avec une froide précision les habits neufs de l’antisémitisme. La gloire des juifs reviendra aussi sur ce qui est aujourd’hui l’alliance fraternelle du catholicisme avec le judaïsme, nous racontera encore ces trois juifs, Rachi, Jean Bodin puis Proust et son intranquillité si juive, qui firent la France.

Une deuxième partie intitulée La tentation de Ninive opposera à l’ idée fausse du « peuple élu » celle d’un petit peuple dont Dieu, par défaut, fit son peuple trésor parce qu’il sut se montrer inconditionnellement réceptif à la parole et au commandement divins, nous rappellera l’histoire du prophète Jonas et en tirera la Leçon de Ninive, appelant de ses vœux un talmud musulman, – des musulmans qui prendraient le risque de l’étude,- l’ouvrage s’achevant par une profession de foi pudique et revendiquée puisque l’auteur, qui se définit comme Juif laïque, irréligieux comme Rosenzweig, précisera que « ce que l’on sait et connaît, point n’est besoin de le croire », et, loin d’opposer Juifs laïques et Juifs religieux, préfèrera opposer les Juifs qui pensent aux Juifs qui ne pensent pas, affirmant : Les juifs sont là non pour croire mais pour étudier. 

C’est une telle aventure d’être juif. C’est si beau. Mais c’est si lourd : nous avons lu pour vous L’Esprit du Judaïsme et faisons le choix de vous en faire partager le fond, mais aussi, grâce à de larges extraits, la langue inspirée et magnifiquement pure de son auteur.

Lire la suite dans : http://www.tribunejuive.info/israel/lesprit-du-judaisme-de-bernard-henri-levy-lanalyse-de-sarah-cattan

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau