Médea

Médéa a joué un rôle important pendant la longue période des guerres qui ensanglantèrent l'Afrique septentrionale, sous les dynasties musulmanes. Après la formation du pachalik par les frères Aroudj et Kheir-ed-Din, Médéa, sous la domination turque, devint le chef-lieu du Titteri et forma un beyiik qui comprenait, dans la province d'Alger, tout ce qui ne dépendait pas immédiatement de la circonscription de cette ville. L'Algérie étant tombée en notre pouvoir mais le bey Mustapha Boumezrag repoussa jusqu'au Sahel algérois les troupes de Damrémont.

Le maréchal Clauzel destitue le bey de Médéa, part le 17 novembre 1830, avec sept mille hommes, passe le col de Mouzaïa, le 21, et, après un combat glorieux, entre dans Médéa y installe le bey Omar, et laisse dans la place un corps de douze cents hommes, après avoir été attaqués, les 27,28 et 29 novembre, rentrent à Alger, le 4 janvier 1831. Le bey bloqué, dans la ville d'abord, puis dans sa maison, fut ramené à Alger par le général Berthezène, successeur du. Maréchal Clauzel. Ce dernier ayant repris le gouvernement de l'Algérie, nomma un nouveau bey, Mohammed-Ben-Hussein et confia, pour l'installer, une nouvelle expédition au général Desmichels, en avril 1836. On laissa au bey six cents fusils, cinquante mille cartouches et six mille francs ; mais un mois après, Ei-Be&aai, Khalià d'tôd-Ei-Kader, s'empara des fusils et des cartouches, de l'argent et du bey qu'il envoya à i'émir.

Plus tard, en 1840, après le combat du 17 mai, au Mouzaïa, notre armée arriva de nouveau à Médéa, qui fut définitivement occupée. Elle demeura, une ville sainte pour les musulmans et pour les israélites qui avaient vu naître à Médéa plusieurs Rabbanim très influents et confidents même des beys ,un Titteri comme Rabbi Sion Cohen et Rabbi Yéochoua Eîkaïm. Trois synagogues, la Grande (rue Belfort), Elkaim et Dannon (rue Moïse) en faisaient un grand lieu de la spiritualité juive dès avant la présence française.

L'ancienne ville arabe de Médéa a disparu à peu près au milieu des constructions françaises qui se sont élevées de toutes parts ; elle a été éventrée par des places et .des rues, qui n'ont laissé d'ancien que ce qui n'a pas dépassé l'alignement.

Ces transformations faisaient naître d'une casbah sordide une ville magnifique. : La place principale, dite place d'Armes, fut plantée d'arbres et ornée d'une fontaine en bronze, à son centre ; vinrent ensuite les places de la République, Mered, du Marché européen, du Marché arabe, du Marché aux bestiaux.

Roger Latapie

Medea vue generale

MEDEA - Vue Générale

 

Medea la place du marcheMEDEA - La Place du Marché

 

Medea rue gambettaMEDEA - Rue Gambetta

 

Medea rue gambetta et hotel d orientMEDEA - Rue Gambetta et l'Hôtel d'Orient

 

Medea rue de l hotel de villeMEDEA - Rue de l'Hôtel de Ville

 

Medea portes romaines de lodiMEDEA - Porte Romaine du Lodi

 

Medea place de la republique et l egliseMEDEA- Place de la République et l'église

 

Medea place darmesMEDEA - Place d'Armes

 

Medea la nouvelle posteMEDEA - La Nouvelle Poste

 

Medea la poste autre vueMEDEA - La Poste (autre vue)

 

Medea le squareMEDEA - Le Square

 

Medea la gareMEDEA - La Gare

 

Medea la gare vue interieureMEDEA - La Gare ( vue interieure)

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 24/12/2016