Si bleu le ciel, si blanche la ville

"Si bleu le ciel,si blanche la ville"

Roman de Jeanne Terracini Editions Albin-Michel 1996

"Rien n'a été écrit de plus beau sur Alger depuis Noces  de Camus"  Jules Roy

"J'ai écrit ce livre pour ne pas oublier Alger, pour que ne s'éffacent pas complètement les traces du passé", écrit Jeanne Terracini.

  Née en 1911 dans une famille juive,celle qui fut plus tard une amie de Camus et de Jules Roy fait revivre sa jeunesse algéroise nourrie par les souvenirs d'un grand-père qui vécut la prise d'Alger, dont la citadelle turque "ressemblait à une rose aux pétales gaufrées de ce blanc bleuté de la chaux, frais et lumineux", et ceux de son père qui connut sa transformation en citée européeenne.

  Des impressions, des couleurs remontent à travers la brume du passé : rue exhubérantes et désordonnées, sombres ruelles, scènes de la vie quotidienne, rites religieux ou familiaux. Sans oublier toute la gamme des senteurs que le soleil sait si bien exprimer. Du fond de ce décor bigarré surgissent des colons européens, des juifs ou des musulmans qui cohabitent et se croisent, souvent sans se voir ni se comprendre. Ainsi, au fil du récit lyrique et vivant de cette époque faste, l'auteur, tout en restant dans les limites de l'autobiographie, laisse deviner les premières fissures de l'ère coloniale dont la fin tragique a marqué à jamais l'histoire de l'Algérie.

Si bleu le ciel si blanche la ville

Alger 1929.Vue vers la Ville Haute Photo : Musée albert Kahn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 29/12/2015