TOGGOURT

Toggourt carte de situation

TOGGOURT - Carte de situation

Touggourt vue aerienneTOGGOURT - Vue aérienne

Touggourt vue generaleTOGGOURT - Vue Générale

 

TOGGOURT Un peu d’histoire.....

Histoire ancienne

La Touggourt ancienne était autrefois plus au Nord au-delà du village de Nezia. Là, dit la légende, vivait une femme de grande beauté, mais de mœurs légères, Bahadja, la joyeuse. Chassée à cause de sa vie scandaleuse, elle se réfugia sous un gourbi sur l'emplacement actuel de la mosquée. Survint le marabout de M'sila, Sidi-Bou- Djemline, quêtant pour sa zaouia, mais auquel les Touggourtins, ibadites, refusèrent l'hospitalité. Seule, Bahadja, l'accueillit et lui fit fête. En récompense, le marabout invoqua Dieu en ces termes." O Dieu, protège Bahadja ; que son gourbi devienne maison et que les maisons inhospitalières de Touggourt se dépeuplent et s'écroulent.
L'invocation fut entendue ; les habitants de Touggourt se divisèrent, s'entredéchirèrent, tandis qu'une charmante habitation en toubes fit place au gourbi de Bahadja et devint le centre de la ville nouvelle

Présence française

La prise de Biskra, en 1844, amena de la part de Ben-Djellâb, alors cheikh de Touggourt, la reconnaissance de l'autorité française. A la mort du cheikh, en 1854, un usurpateur du nom de Sliman s'empara du commandement de l'Oued-R'hir, et se déclara l'ennemi de la France. Mais au mois de novembre de la même année, le colonel Desvaux fut envoyé contre Sliman, avec une petite colonne ; le combat livré, à Mgarin, par le commandant Marmier, et un court engagement devant Touggourt, le 2 décembre, ouvraient les portes de cette ville dans laquelle le colonel Desvaux faisait son entrée le 5 . Touggourt est alors administrée par la France

Dans la terrible insurrection de 1871, dès le mois de janvier, une petite garnison de turcos, laissée à Touggourt, fut massacrée et la ville livrée au pillage ; mais tout rentrait dans l'ordre quelques semaines après. Un poste de spahis et de tirailleurs indigènes a été réinstallé sous le commandement d'un chef arabe.

De 1906 à 1920, Henri Chazelles fut adjoint spécial nommé à Touggourt. Elu à la Commission municipale de la Commune Mixte en 1920, il siégea sans interruption dans cette assemblée jusqu'en 1945, toujours en qualité d'adjoint spécial. Pendant la durée de son mandat, Henri Chazelles a toujours eu le souci de l'intérêt général en vue de l'essor de la Commune de l'Oued R'hir et notamment des palmeraies. Son dévouement légendaire aux intérêts de tous lui avait acquis la sympathie de toutes les populations, des musulmans en particulier.

Touggourt renferme trois puits artésiens, dont l'un avoisine la porte des jardins, Bab-el-Bled ou Bab-el-Khrokhra, les deux autres sont creusés dans le jardin de la kasbah, qui possède des arbres fruitiers, des dattiers et quelques cultures

Toggourt un puit artesien

TOGGOURT - Un puit artésien

...et de Géographie

TOGGOURT « ventre du désert »

Toggourt est surnommée le ventre du désert, à cause de l’importance des récoltes de dattes . De Biskra à Touggourt, l'Oued R'hir présente un long chapelet d'oasis : près de deux millions de palmiers, dont le quart de deglet-nour. Aussi est-ce le pays de la datte d'exportation. Pas de cultures en cuvettes, ici ; l'irrigation se fait depuis toujours par puits artésiens qui atteignent parfois 160 m. Avec la multiplication de ceux-ci et l'introduction de moto-pompes, la nappe pourrait bien s'épuiser rapidement. Aussi s'intéresse-t-on à la nappe albienne (entre 1200 et 1800 m ; premier forage à cette profondeur en 1954).

En fait le chapelet de palmeraies occupe le confluent de deux fleuves sahariens fossiles (l'Irarhar et le Mya) ; d'où l'importance de la nappe aquifère. Le brassage de populations a mêlé aux nomades arabes et berbères des cultivateurs noirs amenés de l'ex-Soudan comme esclaves et des Rouagha, qui seraient des Coptes venus d'Egypte.

Les palmeraies qui entourent Touggourt sont fort belles et très étendues. Elles comptent 17 000 dattiers, à l'ombre desquels sont cultivées quelques céréales et légumes. Un chemin carrossable en fait le tour. Une piscine a été aménagée dans le jardin public.

Toggourt vue de la palmeraie

TOGGOURT - Vue de la palmeraie

 

Touggourt oasisTOGGOURT - Oasis

 

Les rues principales sont bordées d'arcades ; les artères moins importantes sont parfois couvertes sur une partie de leur trajet.
Sur la grande place centrale, en face des jardins de l'hôtel Transatlantique, se dresse un monument commémorant le voyage en automobile à travers le désert de la mission Citroën, voyage effectué en décembre 1922 par Haardt et Audouin-Dubreuil. A l'Ouest, sur une autre place se trouvent le bureau militaire, la caserne avec poste optique, d'où l'on a une belle vue sur la région, l'infirmerie et la mosquée.
Toggourt la grande rue des mozzabites

TOGGOURT - La Grande rue des Mozabites

 

Toggourt la rue principaleTOGGOURT - la rue principale

C'est de cette place, en passant près du quartier de Nezla, que l'on se rend, en quelques minutes de marche , aux cimetières (monument aux officiers de 1871), et aux curieux tombeaux des rois de Touggourt, les Ben Djellab, sous un édifice surmonté d'une coupole.

Toggourt la place et l hotel

TOGGOURT - La Place et l'hôtel Transatlantique

 

Toggourt la place citroen en 1962TOGGOURT - La Place Citroën en 1962

A droite, la stèle celebre la mission Citroën qui avai traversé pour la première fois le désert en 1922 et qui avait fait escale dans la ville

 

Toggourt le tombeau des roisTOGGOURT - Le Tombeau des Rois

 

Toggourt le marcheTOGGOURT - Le Marché

Toggourt le marche 1

TOGGOURT - Le Marché ( photo plus ancienne)

Bibliographie

Touggourt le ventre du désert Revue P.N.H.A n°98 Les Editions du Grand Sud -34070 Montpellier

Le pays d’où je viens  Elisabeth Fechner Calman Levy ed.

 

 

 

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 05/01/2018