La fin d'un monde : Les juifs Séfarades I Le statut de dhimmi

La fin d’un monde : les Juifs Séfarades - I - Le Statut de dhimmi

Par Paul David  (10 décembre 2016)

Publié avec l’aimable autorisation du site 147thgeneration.net ©

 – I, le statut de dhimmi

Lien source http://147thgeneration.net/index.php/2016/12/10/la-fin-dun-monde-les-juifs-sefarades-i-le-statut-de-dhimmi/

 

Pour comprendre pourquoi l’exode des Juifs séfarades a été total il faut rappeler au préalable le statut des Juifs (et autre « protégés ») en terre d’Islam.

Depuis la fin du XIXe siècle, les Juifs de la sphère musulmane qui avaient été contraints pendant des siècles de vivre avec un statut de dhimmi, découvrent une nouvelle liberté car la plupart de ces territoires sont alors contrôlés par des puissances européennes, telle que le France et l’Angleterre, qui imposent un statut égalitaire, synonyme d’une nouvelle liberté pour les Juifs.

Après la seconde guerre mondiale, en proclamant leur indépendance, les anciennes colonies déclinent ouvertement une législation basée sur l’Islam, ce qui signifie pour les Juifs qui souhaiteraient rester, d’accepter une citoyenneté de second ordre, d’accepter d’être à nouveaux des dhimmis après avoir gouté à l’Europe des Lumières …

C’est pourquoi j’effectue quelques rappels par rapport à ce statut.

Il faut tout d’abord se référer au statut de dhimmi tel que défini par la Convention dite d’Omar :

  • Il est[1] probable qu’un certain nombre des prescriptions humiliantes contenues dans la Convention d’Omar ont été le fait du calife omeyyade Omar II (717-720), et c’est peut-être l’origine de la confusion. La rédaction du texte sous sa forme la plus complète doit être l’œuvre de compilateurs lettrés du IIIe siècle de l’Hégire, prenant en compte toutes les restrictions successives apportées aux libertés des dhimmis, sans considération de temps et de lieux.
  • Quoi qu’il en soit, le texte des « chorouth » (= stipulations, nom arabe de la convention) est révélateur d’un état de la pensée juridique musulmane, à l’égard des minorités, qui marque une considérable péjoration par rapport à l’époque du Prophète et de la conquête, et qui peut paraître caractéristique de l’attitude, au moins théorique, de la civilisation islamique à son apogée. La liste des interdictions et vexations diverses est désormais très longue : interdictions de construire ou de réparer des édifices religieux ; des manifestations publiques de culte, de port d’armes ou de monter à cheval sur des selles ; obligation de signes distinctifs d’ordre vestimentaires, ou de particularités de coiffure ; de marques extérieures de respect à l’égard des Musulmans, etc. Parallèlement se développaient les avanies diverses imposées aux dhimmis lors du paiement de la capitation (attitude humble et courbée des contribuables, qui doivent effectuer le versement en personne ; sceau apposé sur la nuque du contribuable pour servir de quittance, etc.), qui découlent directement, quant à elles, du texte du verset coranique (Sourate IX, verset 29 : « avec humiliation ») et de ses interprétations rigoristes. Enfin les diverses écoles juridiques élaboraient toute une série de réglementations et toute une jurisprudence de détails qui aboutissaient dans de nombreux domaines du droit privé et public (taxes commerciales spéciales ; fiscalité particulière en ce qui concerne l’impôt foncier – kharâdj -; restrictions à la capacité d’hériter, interdiction pour un dhimmi d’épouser une Musulmane, de posséder des esclaves non seulement musulmans mais parfois même païens ; exclusions au moins théorique des emplois publics ; nullité ou médiocre valeur du témoignage, en particulier en cas de procès avec un musulman, etc.) à affecter gravement la situation des minorités non musulmanes.

Omar II qui a créé ce statut de dhimmi est un calife Omeyyade, dynastie qui régna de 661 à 750 sur les destinées arabes. Cette dynastie s’est imposée en s’opposant aux dépens d’Ali et ses descendants et est donc ennemie naturelle des Chiites, un des deux principaux mouvements de l’Islam.  Cette dynastie est décimée par la dynastie Abbasside qui prend sa succession, nombreux justifient cette déchéance du fait du non respect des valeurs essentielles de l’Islam par les derniers califes Omeyyades. On peut donc considérer que cette dynastie par sa naissance et sa mort est unanimement rejetée par le monde musulman.

Al aqsa

Mosquée Al Aqsa

 

Malgré cela, l’Islam a conservé de la dynastie Omeyyade, l’héritage religieux (statut de dhimmi) ainsi que l’héritage matériel (la mosquée Al Aqsa et le Dôme du Rocher construits par le calife omeyyade Abd-al-Malik). Le statut de dhimmi a empêché la pleine harmonie entre Juifs et musulmans dans la sphère musulmane. Les mosquées Al-Aqsa et le Dôme du Rocher sont vraisemblablement le plus gros obstacle à la paix entre Israël et le monde musulman.

Genocide armenienGénocide arménien

Se révolter contre le statut de dhimmi est impossible, le sort des Arméniens au début du siècle le démontre. Si les Arméniens ont subi le premier génocide du vingtième siècle, c’est parce que les Turcs, se considérant pourtant comme laïques, avaient appliqué à cette population les règles des dhimmis : si un dhimmi refuge la soumission, alors il ne bénéficie plus de la « protection » et il est soumis au jihad pour lequel il n’a alors plus aucun droit y compris celui d’exister :

  • Les concepts[2] de protection et de tolérance sont liés : celui qui protège tolère, et la tolérance relève des règlements établis par le protecteur pour concéder sa tolérance. Dans le contexte de jihad, le non musulman habitant du domaine de la guerre (harbi) n’a aucun droit ; sa vie et ses biens sont à la merci de n’importe quel musulman en raison de la situation de guerre prévalant entre son pays (dar al-harb) et le domaine de l’islam. Le non-musulman n’obtient de droit que par sa soumission pacifique au souverain musulman. C’est par conséquent dans un contexte de guerre qui implique la suppression des droits de l’ennemi, que la communauté musulmane concède aux Juifs et aux chrétiens des droits qu’elle-même délimite selon ses propres critères. […]
  • Le premier droit (des dhimmis) est le droit à la vie – concédé moyennant la jizya (capitation, Coran, IX : 29). La vie n’est pas estimée un droit naturel. C’est un droit que chaque Juif et chaque chrétien doivent racheter par une capitation annuelle avec humilité à l’Ummah (la communauté musulmane). Alors seulement leur vie est protégée. Le concept de tolérance est corrélé à de nombreuses discriminations obligatoires dans les domaines économiques et sociaux, imposés aux dhimmis. […]
  • La protection était abolie si le dhimmi se rebellait contre la loi islamique, faisait allégeance à un État non-musulman, refusait de payer la jizya, convertissait un musulman, endommageait sa propriété ou blasphémait. Le blasphème incluait le dénigrement du prophète Mahomet, du Coran, de la foi musulmane, la critique de la charia en lui imputant un défaut. […]
  • Le régime de la protection présentait à la fois des aspects positifs et négatifs. S’il procurait aux dhimmis une sécurité et une autonomie religieuse relatives, il leur imposait, par ailleurs de nombreuses discriminations légales destinées à les rejeter dans une condition d’humiliation, de discrimination et d’avilissement, par un système d’apartheid religieux. […]
  • Dans le domaine juridique, la loi ordonnait l’infériorité et l’humiliation permanente des dhimmis. Leur sang valait la moitié de celui d’un musulman, le mépris pour leur vie s’exprimait par l’inégalité des sanctions pour la même offense, la sentence pour le meurtre était plus légère si la victime était un dhimmi. Le meurtrier musulman d’un dhimmi était rarement poursuivi car il pouvait se justifier en accusant sa victime de l’avoir agressé ou d’avoir blasphémé l’Islam. […]

Malgré ce statut, nombreux affirme que les Juifs furent heureux au sein du monde arabe. Cela n’est qu’une illusion :

  • L’argument[3] que les Juifs furent heureux dans le monde arabe constitue un argument clef du discours palestinien et antisioniste. […]
  • Le monde arabo-islamique se voit consacré comme la victime absolue au point que l’on ne puisse imaginer la possibilité qu’il soit aussi coupable, intolérant et impérialiste. C’est ce qui a fait le lit au mythe de l’idylle judéo-arabe qui, de l’âge d’or de Cordoue, de l’hospitalité et de la tolérance du monde arabe qui, par ces qualités, se serait foncièrement distingué des turpitudes de l’Europe et qui fait dire encore aujourd’hui, en dépit de la réalité passée et présente, que l’antisémitisme n’a jamais concerné que l’Europe chrétienne.

Force est de constater qu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe avait une population (environ 10 millions d’individus) juive dix fois plus nombreuse que celle du monde arabe (environ un million d’individus), Moyen-Orient et Maghreb inclus, alors que la population européenne est au plus deux fois plus nombreuse (moins de 700 millions en 2011) que la population de cette aire arabe (environ 350 millions en 2011).

Cela signifie que l’Europe malgré son antisémitisme, ses massacres et pogroms a accueilli en son sein, en proportion, cinq fois plus de juifs que le monde arabe. Or la population juive dans le monde arabe a elle-même plus que doublée en proportion depuis que ces territoires ont été administrés, sous forme de colonies ou de protectorats, par les Français et les Anglais depuis le dix-neuvième siècle.

Cela signifie que les Juifs étaient dix fois moins nombreux en proportion dans le monde arabe que dans le monde chrétien alors qu’ils étaient souvent nombreux voire majoritaire dans ces territoires avant qu’ils deviennent terres d’Islam.

De fait, hormis l’empire abbasside et l’Espagne omeyyade, les Juifs n’ont été tolérés dans le monde arabe que dans la limite de leur utilité à occuper les métiers interdits ou refusés par les musulmans et pour leurs relations à travers le monde.

Le régime de dhimmitude installait la plupart des Juifs en monde arabe dans une extrême pauvreté qui ne leur permettait pas de croître, à cela il faut ajouter les pogroms et exactions dont la plupart sont sûrement restés inconnues. Le culte de la mémoire est bien moins cultivé dans le monde séfarade que dans le monde ashkénaze.

Les exceptions abbassides et de l’Espagne omeyyade étaient simplement dues au fait que les vrais musulmans, excluant les fraîchement convertis non fiables, étaient minoritaires et ne pouvaient encore imposer un islam rigoureux.

Le régime de dhimmitude est évidemment en cause dans la sous représentation des Juifs dans les terres musulmanes, comme cela a pu être déjà constaté au XIIIe siècle par un observateur européen ;

  • Les Juifs[4] sont des dhimmis, c’est-à-dire qu’ils peuvent pratiquer leur religion même sur un ton discret et non agressif. Ils sont protégés par les clauses d’un pacte qui leur assure la vie sauve en échange de nombreuses contraintes sociales et fiscales. Tandis que la ségrégation sociale se révèle être une forme de domination et de conquête par d’autres moyens que les armes. La mort sociale et l’écrasement fiscal sont des armes d’une autre nature que l’épée mais ils sont très efficaces. En effet, dans son essai historique, Eisenbeth rapporte une information extraite d’un ouvrage de M. de Chénier, consul de France au Maroc au XVIIIe siècle ; il y donne une estimation précise de l’impact de la discrimination sociale et des persécutions sur la démographie juive au Maroc après l’expulsion d’Espagne : au début du XVIe siècle, il y avait trente mille familles juives au Maroc. Au XVIIIe siècle, il n’en restait plus que le douzième.

Depuis le XIXe siècle la grande majorité des terres d’Islam étaient sous contrôles des puissances coloniales européennes, les Juifs avaient découvert alors les lumières et le goût nouveau de la liberté et de l’égalité. Entrevoir un retour au statut de dhimmi ne pouvait plus s’envisager :

  • Les sépharades[5] sont les témoins à charge de l’histoire contemporaine. On ne peut en trouver meilleure preuve dans le fait qu’il n’y a quasiment plus de communautés juives dans le monde arabe aujourd’hui. Dès que le retrait des puissances occidentales dans ces pays était devenu évident, les Juifs avaient très vite compris qu’il n’y avait plus aucun avenir, sous peine de retomber dans la condition inférieure du dhimmi de l’islam.

Nous verrons dans les prochains chapitres qu’en effet, cette définition du statut de dhimmi que les nouveaux états à dominance musulmane devenus indépendants essaieront d’introduire de façon détournée dans leur législation est une des raisons de l’exode des Juifs des pays arabes.

Juifs iraniensJuifs iraniens

Malgré que la solution finale n’ait pas pu atteindre le monde arabe uniquement du fait de revers militaires, les Juifs y ont en effet quasiment complètement disparu (environ[7] 50 000 en 2000, dont 25 000 en Iran et 20 000 en Turquie) alors que l’Europe héberge encore plus d’un million de Juifs (1 300 000[8] en 2010 dont une bonne partie originaire du monde arabe).

 Paul David

Lien source http://147thgeneration.net/index.php/2016/12/10/la-fin-dun-monde-les-juifs-sefarades-i-le-statut-de-dhimmi/

Pour accéder aux articles associés à ce sujet:

Articles:
La fin d’un monde : les Juifs Séfarades – II, Maghreb

La fin d'un monde : Les Juifs Séfarades - III - De la Libye au Yemen

[1] Xavier de Planhol : « Minorités en Islam ». Chapitre : « Introduction générale / La multiplication des mesures restrictives : la « convention d’Omar ». (p.37)

[2] (collectif) « L’exclusion des Juifs des pays arabes ». Chapitre de Bat Ye’or : « Le facteur dhimmi dans l’exode des Juifs des pays arabes ».  (p. 36 à 49)

[3] (collectif) « L’exclusion des Juifs des pays arabes ». Chapitre de Shmuel Trigano : « La raison d’une occultation ».  (p. 18)

[4] (sous la direction de) Schmuel Trigano : « L’exclusion des Juifs des pays arabes ». Chapitre de Ruth Toledano Attias: « L’antisémitisme au Maroc au début du XXe siècle»

[5]  (sous la direction de) Schmuel Trigano  « L’exclusion des Juifs des pays arabes ». Chapitre de Shmuel Trigano : « La raison d’une occultation ».  (p. 19)

[7] Selon : Michel Abitbol : « Histoire des Juifs, de la Genèse à nos jours » (tableau page : 630)

[8]Selon : wikipedia / Juifs et judaïsme en Europe

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 17/12/2016